TRANSIT MAGAZINE - Swiss Metal Magazine

CONCOURS TRANSIT

FIGHT TOGETHER (spectacle de catch)
Collège du Belvédere, Lausanne
21.11.2014


CANNIBAL CORPSE, REVOCATION, AEON
Les Docks, Lausanne
27.11.2014


METAL LEGION FESTIVAL (Loudblast, Blasted, Hypocras)
Le Pont-Rouge, Monthey
05-06.12.2014


MESHUGGAH, CAR BOMB
Les Docks, Lausanne
15.12.2014


SABATON, TYR, KORPIKLAANI
Les Docks, Lausanne
19.12.2014


EPICA, DRAGONFORCE
Salle des fêtes de Thônex
30.01.2015


BLACK LABEL SOCIETY
Les Docks, Lausanne
15.03.2015


ENSIFERUM
Les Docks, Lausanne
19.03.2015


MOONSPELL, SEPTIC FLESH
RKC, Vevey
21.03.2015


Pour plus d'infos : http://www.transitmag.ch/index.php?Article=6028[/b]

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.05.10 par indy

LIVE REPORT - WACKEN OPEN AIR | Wacken, Allemagne - Du 31.07 au 02.08.2014

WACKEN OPEN AIR | Wacken, Allemagne
31.07-02.08.2014

Jeudi 31 juillet
C'est donc sous la pluie que nous sommes partis de ma belle région strasbourgeoise, direction les prairies ensoleillées du nord de l'Allemagne. Après une bière et un repos bien mérité nous voilà fin prêts pour cette vingt-cinquième édition du Wacken Open Air. Au programme cette année, de la metal battle en veux-tu, en voilà. Pour les non-familiarisés avec le concept, ce sont des gagnants de tremplins organisés par pays. C'est le moment d'aller faire un petit tour sous la Wet Stage, avec Hellhound qui nous vient tout droit du Japon. Malgré un son qui laissait plus qu'à désirer, les Japonais ont défendu leur place bien méritée, en nous délivrant un heavy bien léché, à la limite du too much. Arborant fièrement des vestes à patchs, sur l'une desquelles on peut lire ‘Keep It True’, cela laissait supposer des influences heavy underground auxquelles on pouvait s'attendre. Bien qu'ils ne réinventent pas le genre, on pourra cependant savourer les prouesses techniques. Après plus de dix ans d'existence, il était temps que ce festival leur accorde enfin une faveur, d'autant qu'ils s'expriment dans un style dont nos amis teutons raffolent. La preuve, le public semblait réceptif et ravi du show ! Avez-vous déjà vu un groupe de black chinois ? C'est avec un nom de style bien ringard que les beaux gosses d'Evocation viennent nous désensabler les portugaises. Après une introduction d'ambiance mélange entre oriental et noirceur, ils enchaînent sur un son bien lourd, rapide. Chevelure au vent, ils ne cessent de nous étonner, déployant un bon black certes peut-être pas des plus originaux mais techniquement maîtrisé et efficace. La présence d'un double chant alternant aigu et grave vient renforcer les compositions déjà bien achalandées. Mais moins de vingt minutes, c'est court pour cette démonstration, mais en attendant c'était une bonne claque. Comme vous le savez tous, un Wacken sans son traditionnel groupe de reprises Skyline serait surprenant. Le site est déjà blindé. Cette année, les reprises furent plutôt sympas, on commence par un trépident Manowar, mais bon une cover de Manowar ne reste toujours comment dire, qu'une très pâle copie. S'ensuivent quelques classiques type ‘Fear Of The Dark’ et ‘Bark At The Moon’. Mais il restait un atout pour se mettre le public dans la poche, nous balancer un petit ‘Engel’ de Rammstein : en Allemagne ça fait son effet bœuf. Et enfin, on finit avec leur hymne ‘There Will Be Metal’. Bref, tout ça après pour se payer une fanfare qui a enchaîné des reprises de techno, pop, dance et tout ce qui peut encore être hors sujet, cela avant de voir arriver Doro (oh quelle surprise) pour nous chanter son classique, ‘All We Are’. Eh oui, ce n'est pas encore demain que Wacken se passera de son petit manège 666% deutsch. Mais attendez, la blague n'est pas finie, cette année ils ont également décidé d'inviter le comique Bulent Ceylan. C'est donc pendant plus d'une demie heure qu'il a fait le bonheur des Allemands, et s'est passablement moqué de nous pauvres étrangers qui ne comprenions pas sa langue. Enfin bref...

C'est enfin à 18h que le festival commence réellement, les festivaliers eux aussi décident alors de se réveiller pour cette soirée qui s'annonce so heavy ! Entrée en scène d'Hammerfall. Le public est unanimement conquis, et entonne les refrains à pleins poumons. La setlist porte sur l'intégralité du premier album : ‘Glory To The Brave’. Malgré le fait que certains les soutiennent, ces vieux titres ont mal vieilli, mais on ne peut nier le charme et le ‘old school spirit’ qui s'en dégage. Pour rappel, quelques titres plus récents, dont une exclusivité du dernier album ‘Bushido’, avant de finir en fanfare sur ‘Hearts On Fire’. La foule est aux anges et les Suédois sur scène nous le rendent bien par leur énergie et leur bonne humeur. Après une pause ravitaillement, nous voilà de retour sur le terrain pour un habitué des lieux : Saxon. C'est donc dans une fosse blindée, que nous devons nous faufiler pour essayer d'entrevoir la scène. Cette année, c'est un concert événement (nous le concédons, à Wacken, c'est la grande mode de faire ce genre ‘d'inédit’) car ils fêtaient leurs trente-cinq ans d'existence, avec une setlist préalablement définie par les fans par l'intermédiaire de leur site web. De plus, il était prévu que la moitié du concert se déroulerait avec un orchestre symphonique, ce qui en soi est une très bonne idée, mais qui dans la pratique l'est un peu moins. En effet, c'est avec déception que j'assiste à ce concert manquant visiblement de peps. De plus la présence de l'orchestre symphonique ne procure aucune profondeur, mais au contraire une certaine lourdeur, pour au final donner un rendu sans relief. Habitué des shows où l'on sautille pendant une heure, c'est avec beaucoup de mal qu'on adhère à celui-ci qui nous laisse une certaine amertume, alors que tout l'annonçait comme épique. Cette première journée se terminera avec Accept, un groupe made in Germany comme on les aime. Dans l'ensemble pas grand-chose à leur reprocher. En effet, on pourra se délecter devant un chouette set, mais ne prenant pas trop de risques en jouant les classiques dont chaque zicos connaît sa partie sur le bout des doigts. Mais cependant, bien que la prestation résonne très bien dans nos tympans, quelques petits détails auraient pu donner un peu plus de mordant. En background, d’une part des écrans géants disponibles mais peu utilisés, et qui plus est à mauvais escient, et d'autre part la placidité des musiciens. Malgré cela, on finira cette première journée par une note positive.

Vendredi 1 août
Après le petit déj', nous voilà tout ouïe devant le groupe de black metal symphonique taïwanais : Chtonic. Décidément, le metal asiatique semble être à l'honneur cette année. Non pas que leur musique révèle un nouveau genre, mais le show en lui-même vaut quelques points. De par la présence d'instruments traditionnels asiatiques et de sa bassiste Doris Yeh qui en fait baver plus d'un. Malgré un son peu soigné et une batterie trop présente, on prend plaisir à revoir ce groupe au Wacken. En effet, les musiciens déploient une belle présence scénique et enchaînent les titres, dont certains seraient dignes de passer pour des hits. C'est sous une chaleur accablante qu'on enchaîne avec Skid Row. La setlist est un pur délice, composé principalement de vieux titres (dont la plupart du premier album), d'une reprise des Ramones, ainsi que de trois compositions du nouvel album. Les musiciens étaient motivés et regorgeaient d'un enthousiasme qu'ils ne se sont pas privés de partager avec nous. Ainsi ce fut plutôt dans la bonne humeur que l'on a pu accueillir les nouveaux titres, dont le rendu en live est positif. Et pour les avoir vus quelques semaines auparavant au Hellfest, cette prestation était de loin bien meilleure. Après quelques bières de rafraîchissement, de retour sous le soleil pour Five Finger Death Punch. Malgré un nom sonnant hardcore au menu, les compositions sonnaient plutôt comme un hard rock frais et groovy. Certes, cela ne casse pas trois pattes à un canard, mais cela n'empêche pas d'avoir une prestation plutôt bonne et rythmée, et laissant généralement une bonne impression. Je fus tout de même assez étonnée de constater que ce dernier cumulait autant de fans, mais restant majoritairement assez jeunes. Place au groupe de Vinnie Paul : Hellyeah!. Voilà déjà sept ans que ce groupe fait son petit bonhomme de chemin. Ayant eu un souvenir quelque peu amer du dernier show auquel j'ai assisté il y a quelque temps, il me tardait de les revoir sur scène après un dernier album nettement plus axé sur un son groove à la Pantera. Chad Gray et sa bande nous offrent un très bon show avec beaucoup de punch à revendre. Il est toujours agréable de voir que les dernières compositions font leur petit effet en live, parfois revenir aux valeurs sûres peut avoir du bon. Cela dit, malgré les points positifs, il manque toujours le petit truc pour que le combo se démarque et fasse vraiment mouche. Et c'est parti pour un peu de hard rock old school avec Black Star Riders. Comme pour Thin Lizzy, force sera de constater que le groupe ne joue pas sur une scène principale mais sous une des tentes du W.O.A. Les bad boys irlandais nous montrent qu'ils en ont, des guitares ! Trois guitares électriques qui réalisent la prouesse d'être complémentaires et non redondantes tout en étant toutes audibles individuellement. Après le début explosif sur un morceau de Thin Lizzy, le groupe nous fait découvrir trois de leurs compositions récentes de bonne qualité ! Il s'ensuivra une fin de concert avec un ton plus folk et caractéristique des morceaux de Thin Lizzy, qui seront joués. Le final sur leur titre phare ‘The Boys Are Back In Town’ est dantesque. Yeah girls, get tour knickers down ! Alors que la foule s'accumulait devant la mainstage pour Motörhead, j'ai sciemment fui cette dernière pour assister à l'un des moments les plus forts de la journée. Ce que j'aime particulièrement chez Carcass, c'est l'indéniable charisme et humour du chanteur ; certes piquant et thrash mais terriblement fun (surtout si on le prend au dixième degré). Sur scène, le groupe est tout simplement déchaîné, laissant rugir les guitares avec une agressivité extrême. Si nous nous montrons insensibles à la finesse des paroles (oui parfois, il peut être utile de ne pas comprendre l'anglais), en revanche il est assez dur de ne pas l'être face aux prouesses techniques incontestables délivrées sur scène. C'est une leçon magistrale et de qualité en matière de death. Nous sommes totalement convaincus et conquis par les british. Slayer, c'est Slayer ! Et il est toujours délicat de les juger, car il n'y a pas à dire c'est toujours jouissif de les voir sur scène. C'est le genre de groupe à qui on peut tout pardonner, ou presque ! Si je devais choisir un mot pour les décrire, ça serait : royal ! Bien que le son fût assez crade dans l'ensemble, et une basse beaucoup trop mise en avant, on ne peut que rentrer dans le set et hurler les titres à tue-tête jusqu'à s'en briser les cordes vocales. Pas le temps de reprendre son souffle, Slayer déroule les tubes à un rythme très soutenu. Que dire de plus, bien entendu on pouvait admirer Kerry et son look toujours aussi thrashement classy. Et, cerise sur le gâteau, un sourire d'Araya ! Côté public c'était simplement un joyeux bordel ! Yaaaaaaaaaaa ! C'est comme à la messe ou presque... Disons plutôt une messe démoniaque. Il est l'heure pour Kim Bendix de sonner les cloches. Le king, comme à son habitude, nous fait part de ses exercices de style lyriques. Que cela déplaise à certains reste compréhensif, King Diamond reste bien trop spécial pour faire l'unanimité. Malgré un décor sombre et une mise en scène malsaine, dérangeante et pourtant captivante, on assiste à un concert plat. Bien que cela soit impeccablement interprété côté instruments, les vocalises ne sont pas toujours à la hauteur. De plus les longs moments de blanc entre les chansons finissent de tuer le set. En somme, voilà un concert bien loin de l'effet escompté. On finit cette journée par WASP, dont la bonne surprise fût le choix de la setlist : principalement orientée sur les titres de leur première galette éponyme (qui soit dit en passant reste de loin ma préférée). Pour ceux qui se poseraient la question, non, Blackie n'a quand même pas daigné rejouer ‘Animal’, il y a certains principes auxquels apparemment on ne déroge pas. Sur scène, l'ambiance est mitigée, en effet on ne semble pas déceler une réelle motivation de l'artiste (d'un autre côté venant de sa part, ce n'est pas très étonnant), et d'autre part, on ne compte plus le nombre de pains et boulettes dans le chant... Dommage, on aurait pu s'attendre à beaucoup mieux ! Et le final de cette journée sera sur le classique ‘Blind In Texas’ !

Samedi 2 août
Et nous voilà déjà au dernier jour. Le temps file résolument trop vite en festival ! La journée commence par un dur choix entre celui d'Arch Enemy, qu'on a déjà vu cinquante fois mais avec la nouvelle chanteuse, ou celui de Prong, déjà plus rare mais avec une belle montée en puissance depuis sa reformation. La chaleur et la flemme remportent le duel, je m'arrête donc devant Arch Enemy. Il était vrai que ces derniers temps le groupe s’essoufflait à vue d’œil, et heureusement que ce switch de chanteuses arriva à point nommé, donnant réellement un coup de boost à l'ensemble. On manquait d'air et on tournait en rond, Alissa s'est chargée de faire tourner le vent et qui plus est en sa faveur. La charmante québécoise sait s'imposer sur scène. Certes de par son look sexy et décomplexé, mais aussi de par son chant puissant et sa présence scénique. C'est donc devant un Wacken blindé qu'elle vient redorer le blason et donner une bouffée d'air frais à ce groupe si fétiche des Allemands. Comme d'habitude, côté instrumental on assure et on reste sur de bons classiques. On notera aussi la présence de nouveaux titres tirés du dernier album. Bien qu'il soit controversé, notamment par les puristes, en live le résultat est assez honorable. Un classique du thrash allemand : Sodom. Pour cette année, ils ont décidé de faire un retour aux sources, avec un set basé principalement sur les premiers opus. Ce qui en soit est tout à leur honneur. Du bon vieux thrash old school bien gras, doublé d'un son crade, on se serait presque cru dans une machine à remonter le temps ! Que dire, hormis égal à eux-mêmes, un groupe rôdé et bien que sans surprise, un plaisir à l'écoute pour les auditeurs ! Le public cependant reste bien calme. (On mettra aussi ça sur le compte de la chaleur qui n'aidait pas vraiment à bouger.) On retrouve Behemoth, devenu un classique incontournable des festivals européens depuis ces dernières années. Le show est huilé et rodé aux petits oignons. Mais le problème de ce genre de concerts, lorsque c'est trop calculé, c'est que c'est aussi sensiblement toujours le même genre de gigs sur une tournée. La machine se met en marche et déroule son set. Bien que ce dernier ne fût pas des plus sensationnels non plus, la saveur est conservée, les titres fusent et les fans semblent comblés. Alors que demander de plus ? Je ne félicite vraiment pas l'organisation de Wacken pour cette faute de goût inexcusable : faire jouer Emperor en pleine journée ! Non, sérieusement, mais vous avez vu ça où ?!? On pouvait pratiquement réintituler la tournée ‘In The Dayside Eclipse’... Je ne suis pas d'accord, un groupe aussi mythique, et qui plus est de black, ça se joue pendant la nuit. Bref, après ce petit coup de gueule, revenons à nos Norvégiens. De les voir jouer l'intégralité de ‘In The Nightside Eclipse’ est juste orgasmique. Certes pas peinturlurés et Ihsahn aux allures de papy avec ses lunettes, ça ne fait peut-être pas très black metal spirit, mais cela n'empêche guère de garder tous les agréments de ce cultissime groupe. Impressionnant, monstrueux, incontestable, techniquement et vocalement. On se rapproche tout simplement de la perfection ! Le seul point noir fut le public, je m'attendais à beaucoup plus de monde, mais cela ressemblait plus à des élitistes rassemblés devant leur maître ! On regrettera également ce concert en pleine journée, faisant tomber à plat le splendide jeu de son et lumière. Ce concert pour ma part est indubitablement le meilleur de cette édition. Le site n'est pas simplement bondé mais surbondé. La fosse trépigne d'impatience pour l'entrée en scène d'Amon Amarth. C'est donc sur la pointe des pieds que j'ai vaguement entraperçu le décor avec les proues de bateaux sur scène. Et c'est parti pour un peu plus d'une heure de folie. Les chouchous des Allemands sont clairement au summum de leur succès. Et pourtant le choix de la setlist n'est pas des plus judicieux, (manque des titres phares, rajout de titres dispensables) mais cela ne semble pas ébranler la foi de nos amis germaniques. Quant au son, il était étrangement relativement très bon quel que soit l'endroit où on se trouvait, et la prestation n'était, elle non plus, pas à remettre en cause. On assiste alors à une débandade hystérique aussi bien sur scène que dans le public. En vingt-cinq ans, ils n'avaient encore jamais joué au Wacken, Sir Mustaine et sa bande nous font enfin honneur de leur présence. Après une introduction complètement ratée, le son s'étant coupé subitement pendant le lancement de la vidéo (à croire qu'ils avaient embauché un stagiaire ingé son pour l'été), Megadeth fait timidement son entrée sur scène. Après un début quelque peu fastidieux, la bande rentre enfin dans le set, et les tubes s'enchaînent à tire-larigot. Bien qu'après Amon Amarth le site se soit plus ou moins vidé, il fut fort heureux de constater que les premiers rangs de la fosse furent exaltés, montrant fièrement qu'ils connaissaient les titres par cœur. L'excellente surprise du set fut ‘Tornado Of Souls’ qui était délaissée depuis un bon moment déjà (excepté pour la tournée anniversaire de RIP). Pour ma part, je terminerai cette édition avec un autre grand classique du thrash allemand : Kreator. Je m'attendais à voir beaucoup plus de monde que ça, mais apparemment certains ont préféré mettre les voiles avant les redoutables embouteillages du dimanche matin ! Comme d'habitude le show est sur mesure, chacun connaît son rôle à la perfection, et bien entendu c'est sans compter également sur l'ardeur de Mille, qui motive les festivaliers. On commence par l'intro du dernier album suivi de ‘Phantom Antichrist’. Juste parfait pour commencer le set enflammé au cours duquel s'ensuit une foule de tubes. Sur scène, les zicos sont en feu et débordent d'énergie, le public reste plus modéré mais heureusement, une partie de la fosse vient remédier à ça et hurle les chansons avec le peu de voix qu'il nous restait après trois jours à s'égosiller.

Dimanche 3 août
6h du matin, malgré la fatigue, on se motive, on plie bagage et on se donne rendez-vous l'année prochaine pour une nouvelle édition ! [Anne-Sophie]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.11.14 par Mikamika

LIVE REPORT - MASTODON | Fri-Son, Fribourg - 10.06.2014

MASTODON | Fri-Son, Fribourg
10.06.2014

Si le Fri-Son, avec cette dernière date de la saison, n’a pas réussi à faire sold-out lors de la venue de Mastodon, la prestation de nos rockers d’Atlanta n’en a pas du tout souffert. Résultat : plus d’une heure de show, de solos et de tubes ! Ils sont bel et bien les maîtres de ce style qui s’offre de nos jours un second souffle. Peut-être plus poussés et plus complexes, il faut, si je peux me permettre, une certaine expérience musicale pour profiter pleinement de leurs concerts. En effet, derrière les riffs accrocheurs, se cache une complexité qui ne manque pas de me surprendre à chaque fois. Après avoir emballé la salle avec plusieurs titres du fameux ‘Crack The Sky’, Mastodon a tenté quelques nouveaux titres tirés du dernier ‘Once More 'Round The Sun’. Initiative un peu risquée peut-être car le public n’a pas eu beaucoup de temps pour s’en imprégner et on pouvait bien sentir la différence d’ambiance entre ‘High Road’, un peu trop frais, et le tant attendu ‘Oblivion’. Toutefois, il ne leur reste plus grand-chose à prouver car ils sont indéniablement doués pour mélanger grunge, heavy et conserver ce son stoner, et cela tout en s’offrant le luxe de longs soli qui ne sont absolument pas de trop vu leur qualité. Un concert que j’ai pleinement apprécié et à en juger par la salle scotchée sur place, Mastodon avait ce soir rendez-vous avec de vrais fans. Vivement que ‘Once More 'Round The Sun’ roule sa bosse car en live c’est un régal ! [Maud.R]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.11.14 par Mikamika

LIVE REPORT - LIMP BIZKIT, CARDIAC | Les Docks, Lausanne - 01.07.2014

LIMP BIZKIT, CARDIAC | Les Docks, Lausanne
01.07.2014

On s’est déplacé aux Docks pour savoir si Limp Bizkit méritent leur réputation de ‘vendus’, eh bien je peux vous assurer que non, compte tenu du fait qu’ils ont absolument tout donné ce soir. En première partie nous sommes contents de voir que les Genevois de Cardiac ont pu décrocher le sésame pour la place tant convoitée de warm-up band. C’est toujours sympa de voir une salle mettre en avant la scène nationale. Limp Bizkit ont commencé avec un tout nouveau titre, ‘The Channel’, il passait moyen mais dès les premières notes de ‘Counterfeit’ c’était parti ! Très connus pour leurs prouesses techniques, j’ai eu un peu de mal à reconnaître certains des titres, malgré ma présence dans les premiers rangs, le son était peut-être un peu plus fort que d’habitude en Suisse, mais ‘Rollin’, ‘Hot Dog’, ‘My Generation’ et ‘Nookie’ étaient sur la setlist, sans oublier ‘Break Stuff’ en rappel. Je regrette un peu l’absence de ‘Faith’, mais bon, il faut bien que je râle un peu non ? Et j’aimerais vous raconter une petite anecdote, un certain musicien de Cardiac, qui se reconnaîtra, discutait avec nous à la fin du concert dehors. Il est allé ensuite récupérer son instrument et la sécurité lui a sauté dessus et demandé de rendre l’instrument. Nous avons dû expliquer gentiment qu’il faisait partie du premier groupe et que c’était son instrument. Au moins on sait que personne ne peut rien voler. Mais nous allons tout de même garder ce souvenir à chaque fois que nous penserons à Limp Bizkit au Docks, eh oui, nous on raconte tout. [Suzy]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.11.14 par Mikamika

LIVE REPORT - KANSAS | Z7, Pratteln - 03.08.2014

KANSAS | Z7, Pratteln
03.08.2014

Quarante ans ! Voilà déjà quarante ans que les musiciens de Kansas sont sur les routes pour faire partager leur incroyable hard rock progressif à travers le monde. Une tournée également en forme d’adieu pour Steve Walsh (synthé, chant) qui a annoncé son départ tout récemment et sera remplacé par Ronnie Platt. Avec un public d’une moyenne d’âge de cinquante ans, c’est bien la première fois depuis un moment que je me sens aussi jeune à un concert. À vingt et une heures pile, les lumières s’éteignent et les musiciens entrent en scène en commençant par un instrumental (‘Mysteries & Mayhem’) qui part très vite sur l’incroyable ‘The Wall’. Walsh, totalement incroyable, chante comme un dieu et c’est avec tristesse qu’on songe qu’il ne sera bientôt plus présent. Surtout lors de l’interprétation du magnifique ‘Dust In The Wind’, chanson phare du groupe qui ferait pleurer un djihadiste de l’EIIL. Billy Greer (guitare) et David Ragsdale (violon) assurent les chœurs tandis que le seul rescapé de la formation originale, Phil Ehart (batterie), nous offre un jeu à la fois technique et rempli de feeling. Le set sera quasi uniquement axé sur les seventies avec les incontournables ‘Cheyenne Anthem’, ‘Song For America’, ‘Icarus’, ‘Borne On Wings Of Steel’, ‘Point Of Know Return’ et ‘Miracles Out Of Nowhere. Deux petites digressions postseventies tout de même avec ‘Hold On’ et ‘Fight Fire With Fire’ joués en rappel juste avant l’incontournable hit ‘Carry On My Wayward Son’ qui clôturera une soirée magnifique. Une claque dans la gueule avec des musiciens qui malgré leurs soixante ans passés envoient une énergie que peu de jeunots peuvent se targuer d’égaler ! [PsiloSyn]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.11.14 par Mikamika

LIVE REPORT - DEVIN TOWNSEND, SHINING | Les Docks, Lausanne - 12.08.2014

DEVIN TOWNSEND PROJECT, SHINING | Les Docks, Lausanne
12.08.2014

Enfin de retour en Suisse romande ! Après le mythique concert donné à l’Usine en 2003 avec Strapping Young Lad et The Devin Townsend Band, le savant fou du metal a choisi cette fois-ci les Docks comme point de chute. Une soirée qui s’annonçait sous les meilleurs auspices avec en première partie les fous furieux de Shining (les Norvégiens, pas les Suédois) et leur brutal free-jazz. Une première partie qui a eu le mérite de mettre de l’ambiance, même si leur musique est un peu trop déstructurée à mon goût. Après une petite présentation de vidéos débiles par Ziltoid (l’extraterrestre amateur de café, héros d’un des albums du groupe), les musiciens entrent en scène sur l’incroyable ‘Seventh Wave’ tiré du non moins incroyable album ‘Ocean Machine’ qui reste l’un des albums cultes du Canadien fou. Malheureusement, le son n’est pas au top avec une voix sous-mixée par rapport au reste qui sonne un peu brouillon, les arrangements souvent noyés par une batterie qui, si elle a le mérite d’envoyer du bois, est largement trop forte. Heureusement, les blagues et la bonne humeur du maître nous font vite oublier ce petit défaut. Au total, huit albums seront visités sur les douze que comprend sa discographie (sans compter les SYL) avec, pour ne citer que les meilleurs moments, le puissant ‘By Your Command’ tiré de Ziltoid, le long ‘Planet Of The Apes’, la planante ‘Deadhead’ du très sous-estimé ‘Accelerated Evolution’ et enfin le complètement barré ‘Bad Devil’, unique rappel de la soirée. Un excellent concert mais qu’on aurait aimé un peu plus long en regard du déjà culte DVD ‘Retinal Circus’ d’une durée de presque deux heures trente… [PsiloSyn]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.11.14 par Mikamika

LIVE REPORT - ALESTORM, BRAINSTORM | Le Pont-Rouge, Monthey - 16.09.2014

ALESTORM, BRAINSTORM | Le Pont-Rouge, Monthey
16.09.2014

Les vieux au premier rang et les jeunes à fond de cale ! Et vice-versa. Le Pont-Rouge voit cohabiter deux publics à première vue incompatibles. Après le folk metal piteux de Troldhaugen : les Teutons de Brainstorm constituent le premier gros morceau du jour. Le heavy metal puisé au cœur des eighties du groupe ne semble pas impressionner les fans d’Alestorm. Mais les plus vieux (votre serviteur compris) s’offrent un joli bond dans le temps. Refrains à entonner en chœur, soli à tout va, vocaux haut perchés : nous voici revenus en Germanie, vingt-cinq ans en arrière ! Le groupe égraine les hits metal, avec une bonne humeur communicative et ce malgré quelques soucis de guitares. Le puissant ‘Firesoul’, l’orientalisant ‘Shiva’s Tears’ ou l’inévitable ‘How Do You Feel’ sont autant d’occasions de se démettre quelques cervicales. Arborant tricorne, jabot et bottines, l’assistance se rajeunit largement dès l’apparition d’Alestorm. Forts d’un nouvel album – ‘Sunset On The Golden Age’ – du meilleur tonneau, les pirates débarquent en terrain conquis. Et en sont sans doute un peu trop conscients. La qualité d’exécution est acceptable (comprenez : le leader Chris Bowes est, pour une fois, à peu près sobre), mais le son est catastrophique, la setlist prévisible à outrance et la performance ultraminimaliste. Passés quelques excellents emprunts à son dernier méfait, la formation aligne les classiques – ‘Keelhauled’, ‘Back Through Time’, ‘Wenches And Mead’ – proposés à chacune de ses sorties. Pour la prise de risque : zéro ! Du coup, le spectacle est plus à chercher dans la salle où les fans d’Alestorm bondissent en tous sens sur ‘Keelhauled’ et se mettent à souquer (proprement ridicule estimera le fan cacochyme de Brainstorm !) durant ‘Nancy The Tavern Wench’. Bref, un concert fun mais dénué de surprise. [Dave]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.11.14 par Mikamika

PREVIEW - MESHUGGAH, CAR BOMB | Les Docks, Lausanne - 15.11.14

MESHUGGAH, CAR BOMB, SEMANTIK PUNK | Les Docks, Lausanne
Le 15 décembre 2014
Portes : 19h30
Prix : 45.-CHF (préloc.)/50.-CHF (sur place)

Meshuggah, un nom qui évoque, puissance inimaginable, précision millimétrique, lourdeur, technique, violence et expérimentation. Des concerts toujours dévastateurs, on en sort jamais indemne ! Les voilà de retour aux Docks, alors que nous avons encore tous leur concert donné lors de l’Inferno Fest pour annoncer la sortie de leur précédent album ‘Koloss’, qui portait bien son nom ! Cette fois c’est pour revenir sur 25 ans de carrière que le groupe passe par Lausanne Rock City, rappelez-vous ‘Destroy Erase Improve’ ou encore ‘Chaosphere’… Live !!! Pour chauffer la salle, deux formations qui ont fait parler d’elles : Semantik Punk dont l’album est produit par Ross Robinson (Sepultura, Slayer…) qui aime la polyrythmie et les dissonances et le second Car Bomb, parfaitement à sa place, propose un metal chaotique efficace. Alors je ne sais pas vous, mais…. [Lambimeshuggeh]

www.meshuggah.net
www.carbomcult.com
www.lesdocks.ch

Commenter cet article

mis en ligne le : 22.10.14 par Mikamika

PREVIEW - Morbid Angel | RKC, Vevey - 12.11.14

Morbid Angel | RKC, Vevey
12 novembre 2014
Portes : 19h30 Concert : 20h00 | Prix : 30.-CHF

Ces quelques dernières années, Morbid Angel a eu une actualité quelque peu mouvementée. Tout d’abord, il y a eu le retour de David Vincent, puis le départ de Pete Sandova pour des raisons de non-compatibilité entre Morbid Angel et Jesus… et enfin il y a eu ‘Illud…’, leur dernier album très controversé. Alors quoi de mieux que de faire le dernier truc à la mode pour faire saliver et redonner aux fans l’envie de les revoir. Il s’agit donc d’une tournée pour les vingt ans de leur album mythique : ‘Covenant’ qui sera pour la première fois joué dans son intégralité. Le groupe enverra du lourd durant la soirée pour contenter les attentes des fans et faire revivre la flamme qui a déjà animé la Suisse romande durant leurs précédents passages. [Barberousse]

http://www.rocking-chair.ch

Commenter cet article

mis en ligne le : 22.10.14 par Mikamika

LIVE REPORT - METALDAYS 2014 | Tolmin, Slovénie - Du 21 au 26 juillet 2014

METALDAYS 2014 | Tolmin, Slovénie
Du 21 au 26 juillet 2014

Retour à Tolmin dans la verte Slovénie pour la deuxième édition des ‘jours du metal’ (anciennement Metalcamp). Si vous n’avez pas lu mes reviews des années précédentes, je vous fais un rapide petit rappel. Limité à douze mille personnes, le Metaldays est l’un des festivals les plus tranquilles d’Europe, loin des foules insupportables du Wacken et autres Hellfest. Niché dans un cadre idyllique au bord de la Soca (rivière de rêve aux eaux couleur émeraude), vous pourrez aussi bien vous détendre en buvant un cocktail au bord de la magnifique plage qu’aller assister aux concerts sur une des deux scènes ou encore aller vous balader dans les superbes gorges (parmi moult autres activités touristiques). De vraies vacances metal où les concerts commencent assez tard (courant de l’après-midi) pour ne pas devoir se stresser à courir en direction des scènes dès le réveil. À découvrir absolument !

Lundi 21 juillet
C’est sous une pluie battante (une fois n’est pas coutume) que nous arrivons en fin d’après-midi à Tolmin. Heureusement l’averse ne dure pas et le soleil resurgit juste à temps pour le concert d’Alcest. Comme d’habitude le postblack / rock des Français nous enchante et nous transporte. Seul petit regret, on aurait aimé avoir un peu plus de titres du magnifique dernier album (mais sans doute pas assez metal pour un festival du style). Le death metal old school de Grave n’étant pas trop ma tasse de thé, j’en profite pour vite aller monter la tente avant d’être de retour pour applaudir Children Of Bodom. Un chouette live bourré de vieux titres dont l’incroyable ‘Towards Dead End’, plus joué depuis un bon moment et qui reste pour moi une des meilleures compos du groupe. 23H15, dur de tenir encore debout après une journée passée sur la route mais que ne ferait-on pas pour Opeth ? La petite bande à Mikael Akerfeldt est en pleine forme (normal : ils ont un tour-bus, eux) et nous offre comme toujours un concert magnifique alternant titres hypnotisants (‘Atonement’, ‘Hope Leaves’) et hits à tiroir (‘Demon Of The Fall’, ‘Deliverance’). Petite mention spéciale pour ‘White Cluster’, très rare en live et pourtant incroyable. Pas de strip-tease à la plage pour nous ce soir mais un bon gros dodo afin d’être en pleine forme pour la suite.

Mardi 22 juillet
C’est les idées claires que nous nous réveillons donc le lendemain (de mon côté en tout cas, le collègue ayant de son côté un peu forcé sur la boisson). Après un chouette petit déj' au village (à volonté pour six euros), direction la plage pour un après-midi détente au soleil. C’est avec le hard rock heavy de Vanderbuyst que les hostilités commencent. Sympa mais pas exceptionnel. Le death d’Obituary me laissant de marbre, j’en profite pour aller me restaurer au stand de nourriture indienne en écoutant le black metal pas dégueu du tout des Français de Nocturnal Depression. Retour sur la grande scène pour le concert que j’attends le plus de cette édition : Borknagar ! Très rare en live, le black progressif des Norvégiens est juste incroyable. Malheureusement Vintersorg (un des trois chanteurs) n’est pas présent et c’est donc Shady Blue, chanteur de Susperia et Chrome Division, qui le remplace. Heureusement Vortex est lui présent et sa voix reste toujours magnifique. Le son est parfois un peu brouillon mais ne nuit pas au plaisir de voir enfin live des titres comme ‘Genuine Pulse’, ‘Oceans Rise’, ‘Ruins Of The Future’ ou encore ‘Colossus’. Un très très chouette moment. Fin de la soirée avec le black de Satyricon et le death de Vader qui achèvent ce deuxième jour en beauté !

Mercredi 23 juillet
J’attendais beaucoup de Space Unicorn On Fire, annulés l’année précédente à cause d’un orage violent. Eh bien grosse déception, moi qui m’attendais avec un nom pareil à voir débarquer des zicos déguisés avec paillettes et arcs-en-ciel, nous n’avons eu droit qu’à un mauvais groupe rital de heavy metal. Bref, petit tour sur la deuxième scène pour le death thrash de African Corpse (très sympa mais on aurait aimé éviter les discours pseudo-humanistes entre les titres) et le black / doom dépressif de Forgotten Tomb. Retour à la main stage pour Amorphis. Comme d’habitude les Finlandais sont en grande forme et même si leur set-list est assez basique (excepté un petit ‘Vulgar Necrolatry’ tiré du premier disque), on retrouve avec plaisir les ‘Silver Bride’, ‘Sky Is Mine’ et autres ‘The Smoke’ et ‘Black Winter Day’ en rappel. Si Volbeat n’est pas trop mon style, il est celui de beaucoup de festivaliers qui ont dû pleurer toutes les larmes de leur corps après l’arrêt du concert au bout de quatre titres pour cause d’extinction de voix du chanteur. On espère qu’ils auront pu se consoler par la petite séance after quotidienne de strip-tease à la plage.

Jeudi 24 juillet
Avant-dernier jour de festival et un temps plutôt maussade qui nous incite à passer l’après-midi sous une tonnelle à boire du vin avec des compatriotes valaisans (oui parfois Genevois et Valaisans font la fête ensemble). C’est sur le doom / stoner de Kadavar que nous rejoignons la grande scène, de quoi se motiver pour la suite de la soirée. Je n’ai jamais été très fan du thrash indus de Prong mais leur prestation s’avère très sympathique, tout autant d’ailleurs que les frenchies de Benighted qui mettent le feu à la petite scène avec leur gore death parfaitement maîtrisé. Si Moonsorrow font dans le pagan, ceux-ci n’ont rien à voir avec les groupes folk à flutiaux qu’on retrouve la plupart du temps. Sombres et lourdes, leur longues compos font mouche et nous envoient directement sur des champs de batailles viking à mille lieues des trolls dansant dans la forêt (oui je sais je suis méchant avec le folk et j’aime ça). C’est sur l’excellent black metal d’Inquisition que se termine ma soirée étant aussi fan de Megadèche que de Justin Bieber (qui se pose en headliner ce soir (NdSelena : Bieber en tête d’affiche ?), on ne sait pas trop pourquoi vu la qualité absolument merdique des lives du sieur Mustaine).

Vendredi 25 juillet
Nous voici déjà proche de la fin, c’est quand même fou comme les bons moments passent vite. Beaucoup de bons groupes pour cette cinquième journée avec en tout premier lieu les excellents Soen qui pratiquent un metal prog barré à la Tool. Vraiment chouette, tout autant d’ailleurs que les Finlandais de Ghost Brigade et leur doom mélodico-dépressif à mi-chemin entre Mastodon et Katatonia. Un show réglé comme du papier à musique avec des zicos plus que doués qui vont sans nul doute faire beaucoup parler d’eux ces prochaines années. On reste dans le dépressif (mais on aime ça !) avec My Dying Bride. Les empereurs du funeral doom nous transportent avec toujours autant de maestria dans les sphères émotionnelles sombres et glauques. Du coup rien de tel qu’un petit Heaven Shall Burn pour se remonter le moral et assister au plus grand circle-pit jamais vu qui prend quasiment tout l’espace de la grande scène. Cerise sur le gâteau, une reprise du ‘Valhalla’ de Blind Guardian version metalcore excellente et complètement inattendue. Grosse artillerie ensuite pour Sabaton qui mettent littéralement le feu à la mainstage (pyrotechnie oblige) et dont le heavy metal moderne et guerrier fait mouche à tous les coups. Enfin le meilleur pour la fin, c’est les Suédois de Tiamat et leur gothic metal, véritable croisement entre Pink Floyd et Sisters Of Mercy, qui ont l’honneur de terminer cette édition 2014 avec un sublime concert. Peut-être un des derniers d’ailleurs, le leader ayant annoncé son départ du groupe (et pour vous donner une idée, Tiamat sans Johan Edlund ce serait un peu comme Metallica sans James Hetfield). On prie pour que celui-ci change d’avis en se donnant d’ores et déjà rendez-vous l’année prochaine dans le cadre enchanteur de Tolmin ! [PsiloSyn]

Commenter cet article

mis en ligne le : 22.10.14 par Mikamika

LIVE REPORT - METALDAYS 2014 | Tolmin, Slovénie - Du 21 au 26 juillet 2014

METALDAYS 2014 | Tolmin, Slovénie
Du 21 au 26 juillet 2014

Retour à Tolmin dans la verte Slovénie pour la deuxième édition des ‘jours du metal’ (anciennement Metalcamp). Si vous n’avez pas lu mes reviews des années précédentes, je vous fais un rapide petit rappel. Limité à douze mille personnes, le Metaldays est l’un des festivals les plus tranquilles d’Europe, loin des foules insupportables du Wacken et autres Hellfest. Niché dans un cadre idyllique au bord de la Soca (rivière de rêve aux eaux couleur émeraude), vous pourrez aussi bien vous détendre en buvant un cocktail au bord de la magnifique plage qu’aller assister aux concerts sur une des deux scènes ou encore aller vous balader dans les superbes gorges (parmi moult autres activités touristiques). De vraies vacances metal où les concerts commencent assez tard (courant de l’après-midi) pour ne pas devoir se stresser à courir en direction des scènes dès le réveil. À découvrir absolument !

Lundi 21 juillet
C’est sous une pluie battante (une fois n’est pas coutume) que nous arrivons en fin d’après-midi à Tolmin. Heureusement l’averse ne dure pas et le soleil resurgit juste à temps pour le concert d’Alcest. Comme d’habitude le postblack / rock des Français nous enchante et nous transporte. Seul petit regret, on aurait aimé avoir un peu plus de titres du magnifique dernier album (mais sans doute pas assez metal pour un festival du style). Le death metal old school de Grave n’étant pas trop ma tasse de thé, j’en profite pour vite aller monter la tente avant d’être de retour pour applaudir Children Of Bodom. Un chouette live bourré de vieux titres dont l’incroyable ‘Towards Dead End’, plus joué depuis un bon moment et qui reste pour moi une des meilleures compos du groupe. 23H15, dur de tenir encore debout après une journée passée sur la route mais que ne ferait-on pas pour Opeth ? La petite bande à Mikael Akerfeldt est en pleine forme (normal : ils ont un tour-bus, eux) et nous offre comme toujours un concert magnifique alternant titres hypnotisants (‘Atonement’, ‘Hope Leaves’) et hits à tiroir (‘Demon Of The Fall’, ‘Deliverance’). Petite mention spéciale pour ‘White Cluster’, très rare en live et pourtant incroyable. Pas de strip-tease à la plage pour nous ce soir mais un bon gros dodo afin d’être en pleine forme pour la suite.

Mardi 22 juillet
C’est les idées claires que nous nous réveillons donc le lendemain (de mon côté en tout cas, le collègue ayant de son côté un peu forcé sur la boisson). Après un chouette petit déj' au village (à volonté pour six euros), direction la plage pour un après-midi détente au soleil. C’est avec le hard rock heavy de Vanderbuyst que les hostilités commencent. Sympa mais pas exceptionnel. Le death d’Obituary me laissant de marbre, j’en profite pour aller me restaurer au stand de nourriture indienne en écoutant le black metal pas dégueu du tout des Français de Nocturnal Depression. Retour sur la grande scène pour le concert que j’attends le plus de cette édition : Borknagar ! Très rare en live, le black progressif des Norvégiens est juste incroyable. Malheureusement Vintersorg (un des trois chanteurs) n’est pas présent et c’est donc Shady Blue, chanteur de Susperia et Chrome Division, qui le remplace. Heureusement Vortex est lui présent et sa voix reste toujours magnifique. Le son est parfois un peu brouillon mais ne nuit pas au plaisir de voir enfin live des titres comme ‘Genuine Pulse’, ‘Oceans Rise’, ‘Ruins Of The Future’ ou encore ‘Colossus’. Un très très chouette moment. Fin de la soirée avec le black de Satyricon et le death de Vader qui achèvent ce deuxième jour en beauté !

Mercredi 23 juillet
J’attendais beaucoup de Space Unicorn On Fire, annulés l’année précédente à cause d’un orage violent. Eh bien grosse déception, moi qui m’attendais avec un nom pareil à voir débarquer des zicos déguisés avec paillettes et arcs-en-ciel, nous n’avons eu droit qu’à un mauvais groupe rital de heavy metal. Bref, petit tour sur la deuxième scène pour le death thrash de African Corpse (très sympa mais on aurait aimé éviter les discours pseudo-humanistes entre les titres) et le black / doom dépressif de Forgotten Tomb. Retour à la main stage pour Amorphis. Comme d’habitude les Finlandais sont en grande forme et même si leur set-list est assez basique (excepté un petit ‘Vulgar Necrolatry’ tiré du premier disque), on retrouve avec plaisir les ‘Silver Bride’, ‘Sky Is Mine’ et autres ‘The Smoke’ et ‘Black Winter Day’ en rappel. Si Volbeat n’est pas trop mon style, il est celui de beaucoup de festivaliers qui ont dû pleurer toutes les larmes de leur corps après l’arrêt du concert au bout de quatre titres pour cause d’extinction de voix du chanteur. On espère qu’ils auront pu se consoler par la petite séance after quotidienne de strip-tease à la plage.

Jeudi 24 juillet
Avant-dernier jour de festival et un temps plutôt maussade qui nous incite à passer l’après-midi sous une tonnelle à boire du vin avec des compatriotes valaisans (oui parfois Genevois et Valaisans font la fête ensemble). C’est sur le doom / stoner de Kadavar que nous rejoignons la grande scène, de quoi se motiver pour la suite de la soirée. Je n’ai jamais été très fan du thrash indus de Prong mais leur prestation s’avère très sympathique, tout autant d’ailleurs que les frenchies de Benighted qui mettent le feu à la petite scène avec leur gore death parfaitement maîtrisé. Si Moonsorrow font dans le pagan, ceux-ci n’ont rien à voir avec les groupes folk à flutiaux qu’on retrouve la plupart du temps. Sombres et lourdes, leur longues compos font mouche et nous envoient directement sur des champs de batailles viking à mille lieues des trolls dansant dans la forêt (oui je sais je suis méchant avec le folk et j’aime ça). C’est sur l’excellent black metal d’Inquisition que se termine ma soirée étant aussi fan de Megadèche que de Justin Bieber (qui se pose en headliner ce soir (NdSelena : Bieber en tête d’affiche ?), on ne sait pas trop pourquoi vu la qualité absolument merdique des lives du sieur Mustaine).

Vendredi 25 juillet
Nous voici déjà proche de la fin, c’est quand même fou comme les bons moments passent vite. Beaucoup de bons groupes pour cette cinquième journée avec en tout premier lieu les excellents Soen qui pratiquent un metal prog barré à la Tool. Vraiment chouette, tout autant d’ailleurs que les Finlandais de Ghost Brigade et leur doom mélodico-dépressif à mi-chemin entre Mastodon et Katatonia. Un show réglé comme du papier à musique avec des zicos plus que doués qui vont sans nul doute faire beaucoup parler d’eux ces prochaines années. On reste dans le dépressif (mais on aime ça !) avec My Dying Bride. Les empereurs du funeral doom nous transportent avec toujours autant de maestria dans les sphères émotionnelles sombres et glauques. Du coup rien de tel qu’un petit Heaven Shall Burn pour se remonter le moral et assister au plus grand circle-pit jamais vu qui prend quasiment tout l’espace de la grande scène. Cerise sur le gâteau, une reprise du ‘Valhalla’ de Blind Guardian version metalcore excellente et complètement inattendue. Grosse artillerie ensuite pour Sabaton qui mettent littéralement le feu à la mainstage (pyrotechnie oblige) et dont le heavy metal moderne et guerrier fait mouche à tous les coups. Enfin le meilleur pour la fin, c’est les Suédois de Tiamat et leur gothic metal, véritable croisement entre Pink Floyd et Sisters Of Mercy, qui ont l’honneur de terminer cette édition 2014 avec un sublime concert. Peut-être un des derniers d’ailleurs, le leader ayant annoncé son départ du groupe (et pour vous donner une idée, Tiamat sans Johan Edlund ce serait un peu comme Metallica sans James Hetfield). On prie pour que celui-ci change d’avis en se donnant d’ores et déjà rendez-vous l’année prochaine dans le cadre enchanteur de Tolmin !
[PsiloSyn]

Commenter cet article

mis en ligne le : 22.10.14 par Mikamika

- 1 - 2 - 3 - Fin

TRANSIT MAGAZINE
Design & Webmonstering by Pat.O
Contact: info@transitmag.ch