TRANSIT MAGAZINE - Swiss Metal Magazine

CONCOURS TRANSIT

ALESTORM, BRAINSTORM
Manoir Pub, St.Maurice
16.09.2014

THIS WILL DESTROY YOU
Fri-son, Fribourg
21.09.2014

TEXTURES, EXIVIOUS, ASBTRACT REASON
Ebullition, Bulle
24.10.2014

BLOOD EAGLE, CARDIAC
Ebullition, Bulle
30.10.2014

Pour plus d'infos : http://www.transitmag.ch/index.php?Article=6028

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.05.10 par indy

LIVE REPORT - ELECTRIC WIZARD, DEVIL | Le Romandie, Lausanne - 09.03.2011

ELECTRIC WIZARD, DEVIL | Le Romandie, Lausanne
09.03.2011



On n’a pas retenu grand-chose du premier groupe, Devil. Bien que norvégien, le groupe n’a pas convaincu Le Romandie, plein à craquer, malgré quelques riffs corrects. La foule n’attendait que l’arrivée des stars de la soirée, Electric Wizard. C’est dans la pénombre, sous des faibles spots rouges et bleus, que les basses se mettent en marche. Avec les premières notes, des projections d’images de vieux films, un montage appelé ‘Erotic Rites Of Frankenstein’. Ce savant mélange visuel et auditif amène une ambiance sombre à souhait. Les morceaux se sont rapidement enchaînés, en commençant par les vieux classiques pour finir sur leur dernier opus ‘Black Mass’. Lorsque la tension fut à son comble, tout s’arrêta net avec la fin de la projection. Pour conclure, la présentation du Wizard a été sans fausses notes et l’ambiance réglée comme une montre suisse. Mon seul regret, c’est que le concert fut un peu court et que l’on n’a pas eu le droit à un rappel d’un titre comme ‘Funeralopolis’. [Julien]

Commenter cet article

mis en ligne le : 14.04.11 par indy

PREVIEW - ELECTRON FESTIVAL | Genève - 21 au 24.04.2011

ELECTRON FESTIVAL | Genève
Du 21 au 24 avril 2011

En même temps que le retour des beaux jours, l’Electron Festival revient pour sa huitième édition dans différentes salles de Genève. Comme chaque année, la programmation est éclectique et représente toutes sortes de courants de musiques électroniques. Ainsi, les fans d’electro sombre ne seront pas en reste le jeudi soir, avec notamment Nitzer Ebb. Véritables piliers de l’EBM, ces Anglais font encore suer les clubs, grâce à certains de leurs titres qui continuent à être joués par les DJs, comme ‘Join In The Chant’, ‘Let Your Body Learn’ ou ‘Murderous’. Le même soir, dans un registre moins brut, l’electronica un brin dark du Suisse Stendeck sera à découvrir, tout comme la drum’n’bass et breakcore digne des pire films d’horreur de The Panacea et de DJ Hidden. Le tout au Rez de l’Usine. Pour les autres jours, voici en vrac quelques noms à ne pas manquer : dans l’expérimental, Ryoji Ikeda et ses expérimentations audiovisuelles minimales, ainsi qu’ANBB, un duo formé du grand Blixa Bargeld (Einstürzende Neubauten) et d’Alva Noto, la dubstep de Reso et de Niveau Zero (du très lourd dans les sub-basses), la techno-dub futuriste de Shed et d’Intra:Mental, et pour finir ce petit aperçu rapide, l’electro-punk de Kap Bambino. Pour tous les détails, le site officiel est très complet et propose une grille par artiste, par jour, ou encore par lieu.

www.electronfestival.ch

Commenter cet article

mis en ligne le : 14.04.11 par indy

CD - SAPHENA | Das Ende Einer Wahrheit (2010)

SAPHENA | Das Ende Einer Wahrheit
Whirlwind Records



La modernité touche tous les secteurs et même notre bon vieux monde metal attaché à ses traditions. Bien sûr cette mise à jour stylistique évolutive n’apporte pas que de mauvaises choses ; Saphena en est une preuve ! Ce nouvel album transmet d’ailleurs une œuvre de qualité qui alimente cette récente vague postmetal sur laquelle les Allemands voguent depuis maintenant dix ans. Cependant, si ‘Das Ende Einer Wahrheit’ comporte pas mal de qualités, de maîtrise musicale, ainsi que de chouettes ambiances, Saphena sonne souvent comme la plupart de ses camarades de jeu. Ses rythmes syncopés, sa voix criarde un peu agaçante… peuvent aisément être comparés à une flopée d’autres groupes arpentant les mêmes sentiers. Maintenant, il est vrai que le combo teuton possède quelques particularités atmosphériques, quelques arrangements personnels mais qui resteront peu perceptibles pour une oreille peu entraînée. Saphena demeure tout de même un très bon groupe à mettre seulement entre des oreilles adéquates. [Arnaud]
www.saphena.de

Commenter cet article

mis en ligne le : 12.04.11 par levlic

CD - PRIDE SHALL FALL | Upon The Court Of Eden (2010)

PRIDE SHALL FALL | Upon The Court Of Eden
Autoproduction



Quatre titres en forme de massue sonore, une énergie puissante, une production cossue… les Allemands de Pride Shall Fall prennent directement le taureau par les cornes ! Formé en 2008, le quintette teuton sort cette année sa première réalisation sous forme d’EP.
Jusque-là tout va bien… Après aussi, si on omet cette incessante impression d’avoir entendu ce genre de groupe mille fois auparavant. Pride Shall Fall a un potentiel musical certain, mais véhicule un monceau de clichés deathcore. Le gros problème, c’est que le style est complètement saturé et que les nombreux nouveaux groupes qui en émergent ont du mal à se distinguer les uns des autres. Le groupe de Bremen n’échappe donc pas à cette règle et malgré quelques plans et plusieurs idées intéressantes, reste englué dans une certaine monotonie stylistique. Pour finir, je dirais tout de même que ‘Upon The Court Of Eden’ est tout à fait appréciable, il procure quelques minutes de bonne musique même si le dernier titre (en live) est loin d’être indispensable ! Je reste curieux de découvrir la suite des opérations… [Arnaud]
www.prideshallfall.de

Commenter cet article

mis en ligne le : 12.04.11 par levlic

CD - POWERWORLD | Human Parasite (2010)

POWERWORLD | Human Parasite
Steamhammer

Après un excellent premier album sorti il y a deux ans, les Allemands sont de retour avec un 'Human Parasite' qui pourrait devenir celui de la consécration. Mais pour cela, ce mini super groupe doit vraiment confirmer les excellentes impressions qu'il avait laissées dans le petit auditoire du heavy metal mélodique. Il faut dire que les musiciens sont tous issus de groupes chevronnés, comme Freedom Call, Moon Doc, Victory, Pump ou encore Evidence One. Et comme les ambitions du groupe sont élevées, il a engagé un nouveau chanteur en la personne de Andrew McDermott (Threshold, Sargant Fury, Galloglass et Yargos), une pointure anglaise qui sévit sur le circuit depuis une vingtaine d'années. Il remplace le chanteur d'origine indienne Chitral Somapala (Civilization One, Firewind, entre autres). Les ingrédients développés sur le premier album éponyme sont toujours présents aujourd'hui et l'auditeur ne va en rien être déconcerté par la musique proposée ici. On reste dans le même registre, c'est-à-dire d'excellentes mélodies métalliques concoctées par des musiciens de qualité. La première écoute m'avait toutefois laissé circonspect car je n'arrivais pas à y retrouver l'énergie et surtout les airs magiques du premier album, comme le fantastique 'Our Melody'. Mais c'est bien connu, il n'y a que les ânes qui ne changent pas d'avis et je n'ai aucune envie d'en faire partie. C'est donc avec une oreille que je veux la plus neutre possible que je remets la galette dans le lecteur et, sans parler vraiment d'effet magique, je dirais que ça fonctionne. Les quatre premiers morceaux sont par exemple de petites bombes de hard mélodique, sur lesquelles la voix de McDermott fait merveille. Malheureusement, le niveau n'est pas constant et le morceau 'Human Parasite' part par exemple en vrille avec une trame plutôt absconse et 'Hope' ne répond pas non plus aux attentes car trop convenu. Mais la suite s'annonce meilleure avec un 'East Comes To West' hargneux et inspiré. L'album va même se terminer avec le chef-d’œuvre de l'album, à savoir 'King For A Day', qui s'inscrit comme un hymne de speed mélodique que ne renieraient pas Helloween ou Freedom Call. 'Human Parasite' est un ton en dessous de son prédécesseur mais il confirme tout de même que PowerWorld est à considérer comme un chef de file de la discipline. [Etendhard]
www.powerworld.org

Commenter cet article

mis en ligne le : 12.04.11 par levlic

CD - PHENOMENA | Blind Faith (2010)

PHENOMENA | Blind Faith
Escape Music



Phenomena, pour ceux qui seraient trop jeunes ou peu familiers à la scène hard rock britannique, consiste en un projet de Tom Galley et de quelques collaborateurs, autour d’un concept rassemblant sur chaque album une équipe de musiciens afin de composer un album de haut vol. ‘Blind Faith’, le petit dernier, s’inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs, accueillant la performance de nombreux artistes comme Robin Beck, Mike DiMeo (Riot, Masterplan), Mikael Erlandsson, Tony Martin, et bien d’autres. Un véritable hommage à la musique rock menée de main de maître. Toutefois, ce super groupe cible un certain auditoire… Pour les amateurs de hard rock classique, ce disque se révèlera être un vrai bijou. Pour ce qui est des fans de metal, ils vont probablement trouver ça mou du genou. Toujours est-il que techniquement parlant, ‘Blind Faith’ tutoie la perfection ! Peut-être même un peu trop… [Arnaud]
www.projectphenomena.com

Commenter cet article

mis en ligne le : 11.04.11 par levlic

CD - OBSZÖN GESCHÖPF | Symphony Of Decay (2010)

OBSZÖN GESCHÖPF | Symphony Of Decay
Twilight Vertrieb

Ayant pris une tournure définitivement plus metal, la suite des opérations pour le ‘one man project’ français se fera sous la bannière de Twilight Vertrieb, un allié de taille dans une époque où la bataille pour arriver sur le haut du panier est de plus en plus ardue. Cependant, si la couleur plus métallique d’Obszön apporte du gain sur le niveau de la brutalité, il causera également une petite perte en personnalité. Rien de bien dommageable, rassurez-vous. Les éléments industriels sont toujours présents mais plus discrets face à la puissance de frappe métallique qui donne le ton général de ce ‘Symphony Of Decay’. Car oui, il arrache sévère ! Il faut dire que la production signée Andy Classen n’est point étrangère à l’effet mastodonte de l’opus. Quoi qu’il en soit, l’esprit Obszön hante toujours les lieux, même si c’est sous une identité plus massive et brute ; ce qui n’est bien entendu pas déplaisant. Aussi bien groovy que dévastateur, quatorze titres et deux remixes au compteur, ce cinquième album procure son lot de sensations et invite vraiment à aller se décrasser la nuque en concert ! [Arnaud]
www.myspace.com/obszongeschopf

Commenter cet article

mis en ligne le : 11.04.11 par levlic

CD - NEAERA | Forging The Eclipse (2010)

NEAERA | Forging The Eclipse
Metal Blade



Groupe allemand formé en 2003, qui depuis 2005 - date de sortie de son premier album - a sorti un album presque chaque année, autant dire qu'il ne chôme pas. Après écoute, on entend un savoureux mélange entre deathcore et death mélodique. 'Forging The Eclipse' nous emporte dans un voyage sans retour, et nous découvre ces chemins tortueux. Premier titre instrumental en guise d'introduction et la déferlante vague de Neaera s'abat avec 'Heaven's Descent'. Un titre puissant et mélodique, les autres titres sont tous dans le même genre, un style proche dans certains riffs d'Amon Amarth. Un album aux diverses atmosphères, comme en témoigne le titre 'Certitude' qui n'est composé que de guitares, ce titre plutôt court nous enfonce encore un peu plus dans les ténèbres. Le chant alterne entre chant black et death voire hardcore pourrait-on dire. Un album fort en émotions, à mettre entre toutes les mains metalleuses. [Jérémy]
www.neaera.com

Commenter cet article

mis en ligne le : 11.04.11 par levlic

CD - NANOWAR OF STEEL | Into Gay Pride Ride (2010)

NANOWAR OF STEEL | Into Gay Pride Ride
Autoproduction

Nanowar est un groupe italien qui a comme raison de vivre le fun et le metal. Ne se prenant toujours pas au sérieux (heureusement), Nanowar nous présente là un CD très bien produit qui démontre les gros progrès du groupe tant au niveau de son jeu que de ses compos. Bon j’ai été sérieux jusque-là, passons à l’aspect réellement intéressant de Nanowar, son côté totalement déjanté. Si musicalement ce sont de jolies compos de metal mélodique, niveau paroles le tout est à classer comme PDNI (Parole Délire Non Identifiée). Le groupe est également excellent dans la recherche des breaks qui tuent, des clins d’œil divers, à tel point qu’en écoutant ceci le metaleux qui sommeille en moi se sent un peu comme Frodon Sacquet retournant dans la Comté après sa quête : heureux de retrouver ses pantoufles et la chaleur de son foyer. De petites histoires de dragon ou de tricycle (of Steel) nous sont contées, accompagnées d’intros totalement décalées. C’est bien simple, si Nanowar était une émission de TV, ma dépendance à mon écran plat serait irréversible. Alors si vous voulez savoir qui a volé la chaussure de Cendrillon, qui a utilisé le côté rose de la force, vous savez ce qui vous reste à faire. [Indy]
www.nanowar.it

Commenter cet article

mis en ligne le : 11.04.11 par levlic

CD - MY SILENT WAKE | IV Et Lux Perpetua (2010)

MY SILENT WAKE | IV Et Lux Perpetua
Dark Balance



Voici le quatrième méfait des Anglais de My Silent Wake. Le combo semble avoir trouvé son rythme de croisière avec un opus environ tous les quinze mois. Le nom de l’album ‘IV Et Lux Perpetua’ semble signifier la ‘Lumière perpétuelle' si l’on s’en tient à un traducteur déniché sur la toile. Mais il invite surtout à sa propre interprétation puisque My Silent Wake propose aux internautes de leur livrer leurs suggestions via leur page officielle. Dénomination d’album un peu déroutante donc car les titres sont plus doom et plus sombres que par le passé. Exit les instruments acoustiques désormais, hormis un 'vieux' synthé dont s’échappent de bien mélancoliques lamentations. Le résultat est excellent. ‘Lux Perpetua’ est très guttural vocalement, excepté sur ‘Father’, morceau étonnamment suave. On y apprécie toujours les qualités vocales d’Ian Arkley. Il est à mentionner que My Silent Wake n’a pas perdu ses influences Paradise Lost des débuts ou encore My Dying Bride, mais il semble les travailler différemment. Les titres sont paradoxalement plus doom mais plus accessibles car ils tapent vite vers l’essentiel et sont plus courts (cinq minutes en moyenne). C’est peu comparé aux huit, dix ou même vingt-trois minutes entendues sur de précédentes réalisations. À noter également le très rocky kitsch ‘Between Wake and Sleep’, morceau exceptionnel et décalé qui en fera sans doute sourire plus d’un. Une fois de plus, c’est du tout bon My Silent Wake ! [Effext]
www.mysilentwake.co.uk

Commenter cet article

mis en ligne le : 11.04.11 par levlic

Début - 78 - 79 - 80 - 81 - 82 - Fin

TRANSIT MAGAZINE
Design & Webmonstering by Pat.O
Contact: info@transitmag.ch