TRANSIT MAGAZINE - Swiss Metal Magazine

CONCOURS TRANSIT

EGYPT, TOMBSTONES
L'Usine, Genève
26.05.2015

TESTAMENT, EXODUS
L'Usine, Genève
27.05.2015

DYING FETUS
L'Amalgame, Yverdon
12.06.2015

MASTODON
L'Usine, Genève
15.06.2015

SUMMER BREAKDOWN FESTIVAL (Dagoba, Benighted, ...)
L'Usine, Genève
27.06.2015

MACHINE HEAD
Fri-Son, Fribourg
06.10.2015

Pour plus d'infos : http://www.transitmag.ch/index.php?Article=6028

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.05.10 par indy

PREVIEW - SAXON | Z7, Pratteln – 21.05.2011

SAXON, CRIMES OF PASSION, VANDERBUYST | Z7, Pratteln
21 mai 2011
Portes : 19h | Prix : CHF 42.-

C’est une soirée hard rock bien classique qui s’annonce au Z7. Le power trio Vanderbuyst est hollandais et les Crimes Of Passion sont anglais. À eux deux, ils vont assurer la première partie d’un groupe qui va nous montrer qu’il est toujours au top, malgré son appartenance en tant que pionniers de la désormais célèbre NWOBHM et ses trente ans d’existence. Saxon nous démontrent qu’ils ont une endurance exemplaire, comme beaucoup de groupes anglais de la même époque, et ils ont des titres qui sont quasi indémodables. On se rappelle tous ‘Strong Arm Of The Law’, ou encore ‘Princess Of The Night’ et ‘Wheels Of Steel’. Ils ont souvent tourné sans relâche, en première partie, en tête d’affiche, et n’ont jamais quitté les planches des festivals. Leur dernier opus ‘Call To Arms’ est prévu dans les bacs le 23 mai ; alors si tu veux le découvrir en avant-première, eh bien que te dire de plus qu’une petite virée à Pratteln un samedi soir ? C’est toujours sympa, l’accueil toujours agréable et la bonne ambiance sera garantie. [Suzy]
www.z-7.ch

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.05.11 par indy

PREVIEW - WAVE GOTIK TREFFEN | Leipzig, Allemagne - 10 au 13.06.2011

WAVE GOTIK TREFFEN | Leipzig, Allemagne
Du 10 au 13 juin 2011

Putain, vingt ans… Vingt années que les corbeaux de tous horizons se donnent rendez-vous à Leipzig pour boire des pintes devant ce que la scène goth fait de mieux. Tout a commencé en 1987, en RDA à Potsdam, où quelques centaines de darkos se sont réunis en parfaite illégalité pour organiser l’un des tout premiers festivals goth européens. Après la réunification en 1992, c’est à Leipzig que le premier WGT a lieu ; depuis, de plus en plus de monde se presse au portillon chaque année, avec vingt mille visiteurs en moyenne. Un pic d’affluence a été atteint en 2000, une année qui a fortement marqué l’histoire du festival quand l’un des organisateurs est parti avec la caisse, laissant artistes, service d’ordre et personnel technique sur le carreau en pleine manifestation. Heureusement pour les festivaliers qui ont décidé de rester, certains groupes ont joué sans cachet, se débrouillant avec les moyens du bord et menant le festival à terme dans une version plus intimiste, bon enfant et totalement improvisée. Depuis, le WGT a pris un virage au niveau de la programmation, laissant beaucoup moins de place au gothic metal, privilégiant plutôt les amateurs d’old-school ou d’electro.



Cette édition pourrait bien être à nouveau mémorable. Une grande soirée d’ouverture est prévue pour se mettre en jambes le premier soir du festival avec des formations emblématiques de la scène gothique allemande puisqu’il s’agit de groupes qui étaient programmés pour la première édition du festival en 1992, dont notamment Love Like Blood qui ravira les amateurs de kitsch et qui se produisent pour la première (et dernière fois) depuis 1999. Le WGT se poursuit ensuite à travers toute la ville pendant quatre jours, occasionnant comme chaque année de cruels dilemmes : impossible de tout voir, il va falloir faire des choix. La programmation de cette année recèle d’excellentes surprises, comme les Fields Of The Nephilim qui ont répondu présents (on l’espère, vu leur tendance à tout annuler à la dernière minute) pour la deuxième fois au rendez-vous dark de l’année : leur concert de 2008 avait ému l’audience aux larmes. (NdSelena : non, non, pas du tout… Comment ça j’ai encore une trace de mascara sur la joue ?) On se réjouit d’avance de la soirée psychobilly et horrorpunk, que l’on passera en compagnie des Bloodsucking Zombies From Outerspace, de Rezurex ou encore de The Cemetary Girlz, en espérant qu’elle aura lieu au Werk II, une des salles les plus intéressantes de la ville (surtout au niveau du son). Les fanatiques d’electro ne seront bien sûr pas en reste, car la programmation de musique synthétique est extrêmement variée cette année. Hocico, en dignes représentants de la scène electro indus feront danser les poulpes jusqu’au bout de la night, Front 242 raviront les adeptes d’EBM s’ils égalent leur performance de 2007 et Mind.In.A.Box, dans un style plus mainstream, feront très sûrement planer leur audience.

Si le nombre impressionnant de concerts proposés à Leipzig ne vous tente pas plus que ça, pensez aux nombreux autres attraits de ce festival. Des performances théâtrales décalées, des auteurs venant présenter leurs textes, un pique-nique victorien où exhiber ses plus belles robes et redingotes et un village médiéval où déguster un bon cochon à la broche ou des champignons poêlés. Un jeu de rôles grandeur nature aura même lieu à la place de la traditionnelle partie de Vampire : la Mascarade qui se jouait chaque année. Sans parler bien sûr de l’alléchant marché gothique où les amatrices de shopping pourront pousser des cris stridents devant des stands débordant de dentelles, de vinyle, de velours et de tulle. Si rien de tout cela ne vous motive, sachez qu’avec le bracelet du festival, en plus des transports publics gratuits dans toute la ville, vous aurez accès à un grand nombre de musées leipzigois. Et s’il vous reste un peu de temps, n’oubliez pas de faire un petit tour du côté du zoo, pour faire un petit coucou de notre part à Heidi l’opossum qui louche.



La programmation n’étant pas encore bouclée, d’autres groupes se rajouteront à cette affiche déjà bien remplie, mais voici un aperçu de ce qui nous attend. Un peu de chauvinisme ne faisant pas de mal, je commencerai donc par citer la venue des formations suisses que sont Eluveitie et leur death folk festif et The Beauty Of Gemina et leur darkwave tantôt rock, tantôt electro. Pour leur première apparition sur une scène du WGT, nous sommes ravis d’avoir appris la venue de Killing Joke, Crimfall, Alkonost, Heidevolk, Lustmord, Barren Earth, Chthonic, Devils Whorehouse, Vreid et Les Discrets (en première mondiale !). Parmi les formations qui ont déjà participé au WGT une ou deux fois, nous reverrons avec plaisir Nitzer Ebb, Anathema et Camouflage alors qu’au rang des éternels abonnés, ou du moins des multirécidivistes, nous retrouverons (avec plus ou moins d’enthousiasme) Das Ich, Faun, The Eternal Afflict, Estampie, Soman, Cinema Strange, Tiamat, Hocico, Deine Lakaien, Lacrimas Profundere, Terminal Choice, Dive, Nosferatu, Spiritual Front, Dornenreich, The Legendary Pink Dots, Umbra Et Imago, et, on l’espère : notre mythique et bien-aimé Noctulus !



Ah, Noctulus… Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, ce ‘musicien’ devait certainement hanter les lieux du festival bien avant sa création. Les premières années, nous l’avions découvert arpentant le camping avec son chien, sa guitare et son ampli fixé sur roulettes. Vous pouviez donc avoir le grand bonheur de vous faire réveiller au milieu de votre nuit par un concert de black expérimental juste à côté de votre tête. Il s’était ensuite sédentarisé, ayant élu domicile sur un coin d’herbe aux abords de la célébrissime ‘tu-m’as-vu-street’ (comprenez la longue allée traversant tout le camping et passant devant les halles du marché, très pratique pour se pavaner immédiatement après avoir fait vos emplettes et faire voir à tout le monde comme votre minijupe est la plus belle du monde… sauf que toutes les autres poules ont acheté la même…). Avec les années, Noctulus a pris du gallon, il est désormais accompagné, ou plutôt secondé, par un assistant, chargé presque uniquement semblerait-il de tendre au maître les divers accessoires dont il pourrait avoir besoin, tels qu’une épée ou un casque (objet que l’artiste affectionne particulièrement). Noctulus ne se contente plus de ‘chanter’, il déclame, il prêche, il… on ne sait pas trop en fait… Que celui qui parle allemand et assiste à une de ses ‘performances’ en entier nous explique !!! Et puis arrive l’édition 2009… Ah quelle grande année ! La consécration ! La gloire touche enfin Noctulus et le voici projeté sous les feux de la rampe ! Il apparaît dans le programme officiel et se retrouve sur une vraie scène (ok, à 15h…) et il a même un T-shirt en vente au stand merch de la salle. Oui, ‘un’ T-shirt, car il n’y en a qu’un seul exemplaire, collector donc, et cher… Six cent soixante-six euros. Si tout ce qui avait été décrit plus haut n’avait pas pu vous décider à faire le voyage, je ne doute pas que Noctulus aura fini par vous convaincre. Et n’oubliez pas : si vous parlez allemand… merci d’avance !
[Amethyst & Selena]

[url]www.wave-gotik-treffen.de[url]

Commenter cet article

mis en ligne le : 15.05.11 par indy

PREVIEW - SONISPHERE | St Jakobs et les environs, Bâle - 23 et 24.06.2

SONISPHERE | St Jakobs et les environs, Bâle
23 et 24 juin 2011
Prix : de 178.40 à 397.- CHF



Je sais, j’ai dit que je n’y retournerais jamais, mais bon avec une telle affiche et un changement de lieu, je suis de nouveau dans les starting blocks ! Après tout, Slipknot, Iron Maiden, Whitesnake, Judas Priest, Alice Cooper, Limp Bizkit, Monster Magnet, Cavalera Conspiracy, Kreator… la liste se rallonge de jour en jour et je m’organise déjà pour faire le déplacement. Je ne sais pas pour vous mais wow, il y en a pour tous les goûts, en espérant que ça enlèvera l’amertume laissée par l’édition de l’année dernière et l’effacera à tout jamais de mon souvenir. Les festivités réelles commencent déjà le 23 juin au soir, avec Whitesnake et Judas Priest, deux grands noms qui vont jouer leurs dernières dates en Suisse. Le vendredi sera très varié, old metal, nu metal ainsi que des rescapés de l’original N.W.O.B.H.M, en tête d’affiche Iron Maiden : quelle fête, mais aussi quel risque prenons-nous là ? Allez, on oublie le passé et on s’attend à passer deux jours de rêve, suivis de deux jours pour s’en remettre. Il faudra consulter le site du Sonisphere régulièrement pour avoir les infos récentes et pour avoir le running order définitif quand la date du festival approchera. À noter que cette année, il y aura aussi un camping Rock Royalty Deluxe ainsi qu’un VIP Golden Circle Ticket qui, je dois l’avouer, est assez cher, mais les prestations s’annoncent intéressantes, il faut aussi savoir que le billet de train est compris dans le billet et j’ose espérer qu’il y aura des trains spéciaux pour le retour. Quelques infos de la part des organisateurs : il y aura cinq scènes qu’on nous promet sans boue ! Tout ce que j’espère c’est qu’on ne devra pas choisir quel groupe on veut voir et qu’il ne faudra pas courir entre les scènes… Quelques conseils de taille : il y aura des trains supplémentaires et le parking sauvage est fortement déconseillé, en ville les voitures seront collées et parfois enlevées ! Arrivez tôt si vous le pouvez. Mais surtout amusez-vous, et c’est en Suisse pour une fois, il faudra donc en profiter ! [Suzy]
sz.sonispherefestivals.com

Commenter cet article

mis en ligne le : 15.05.11 par indy

PREVIEW - THE BIG 4 : METALLICA, SLAYER, MEGADETH, ANTHRAX

THE BIG 4 : METALLICA, SLAYER, MEGADETH, ANTHRAX
02.07.2011 Veltins Arena, Gelsenkirchen (D)
03.07.2011 Ullevi Stadium, Göteborg (S)
06.07.2011 Arena Fiera Rho, Milano (I)
08.07.2011 Sonisphere Festival, Knebworth (UK)
09.07.2011 Sonisphere Festival, Amneville (F)



Nous avons dû attendre vingt-cinq ans pour qu’enfin en 2010 le rêve des hardeux, en particulier des thrashers, devienne réalité. Au moins, certainement pour la génération qui a grandi avec des doses industrielles de Metallica, Slayer, Megadeth et Anthrax. Ces groupes, autour de 1983, ont été des précurseurs, les premiers avec quelques autres (on peut nommer Exodus) à avoir présenté cette nouvelle forme de metal plus rapide et violente, appelée ensuite thrash metal. Pendant les années quatre-vingt, ils étaient sans aucun doute les plus gros espoirs de ce genre, d’où l'attribution du nickname 'The Big 4'. Ils ont mené cette forme de musique underground à un niveau de popularité inattendu à l'époque et grâce aux premiers disques d'or (décernés à 'Master Of Puppets' ou 'Reign In Blood' en 1986, une vraie révolution !) on passe des clubs aux arènes et à des tournées dont on aurait seulement pu rêver quelques années auparavant. Les années nonante voient l’avenir des quatre groupes évoluer différemment. Grâce au 'Black Album', Metallica deviennent des stars et entrent dans l'histoire de la musique, et pas seulement du metal. Megadeth obtiennent également un très gros succès en remplissant les arènes du monde entier mais s’ensuivra une lente mais grosse baisse de popularité à la fin de la décennie. Slayer de leur côté sont toujours restés fidèles à leur sonorité en gardant toujours une grosse fanbase qui les suit encore aujourd'hui. Les années 2000 ont été moins gentilles avec les New-Yorkais d'Anthrax qui n'ont pas réussi à maintenir leur cote de popularité gagnée au début des années nonante. Déjà présenté pour la première fois en 2010 dans plusieurs pays, dont la Suisse, le festival itinérant avec nos quatre héros prendra place en Europe pour la plus grande joie de ceux qui ont attendu vingt-cinq ans et qui ont loupé l’édition de l’année dernière. N'attendez pas trop pour vous décider car la course aux tickets s'annonce chaude. C’est peut-être votre dernière chance de les voir ensemble ! [Andy Gaggioli]

Commenter cet article

mis en ligne le : 15.05.11 par indy

PREVIEW - METALCAMP 2011 | Tolmin, Slovénie - 11 au 17.07.2011

METALCAMP 2011 | Tolmin, Slovénie
Du 11 au 17 juillet 2011
Prix : 87.- € (pass trois jours), 119.- € (semaine)



Vous aimez le camping ? La nature et les sports aquatiques ? Mais vous êtes un fan de metal avant tout ? Ne cherchez plus et réservez de suite votre semaine de la mi-juillet. Le Metalcamp 2011 s’annonce d’ores et déjà comme un moment inoubliable. Loin des Wacken et autres Hellfest, perdu dans une petite vallée slovène entourée de montages ce festival magique a tout pour séduire. Tout d’abord la capacité limitée à douze mille personnes plaira aux agoraphobes pour qui les septante mille ‘wackeniens’ sont synonymes d’oppression permanente. Mais ce n’est pas tout car seules deux scènes accueillent les concerts, une petite pour les jeunes talents et une grande pour les groupes confirmés ce qui évite le stress des bousculades dues aux incessants allers-retours. Les concerts commençant en fin d’après-midi, le festivalier aura tout le loisir de musarder au soleil, de partir en randonnée ou de se baigner dans la rivière. Au niveau des groupes, rien à dire, les headliners du festival ne sont rien moins que Slayer, Blind Guardian, Accept, Airbourne, Arch Enemy, Kreator et In Extremo ! Suivi par des groupes de moyenne envergure tels que Katatonia, Amorphis, Alestorm, Deicide, Moonspell, Virgin Steel, Moonsorrow, The Ocean, Die Apokalyptischen Reiter, Brainstorm, Brujeria, Mercenary, Kalmah, Legion Of The Damned, Arkona et bien d’autres encore... À noter la présence exceptionnelle de Wintersun sur le programme, le groupe n’ayant plus donné de concerts depuis un bon moment, inutile de dire que celui-ci va être l’un des plus courus du festival. Bref, est-il encore nécessaire de dire qu’on ne tient plus en place à l’idée de passer une semaine de folie lors de ce festival metal qui a sans conteste la palme de l’originalité de l’été ! [PsiloSyn]
www.metalcamp.com

Commenter cet article

mis en ligne le : 15.05.11 par indy

CD - BULLET | Highway Pirates (2011)

BULLET | Highway Pirates
Black Lodge



Quand on s’appelle Bullet et qu’on fait du heavy metal, il ne faut pas avoir peur des remarques désobligeantes de certains qui ont la mémoire longue. En effet, au début des années quatre-vingt sévissait un groupe allemand du nom de Bullet. Après deux albums de qualité, il s’en est allé en laissant son empreinte dans le paysage metal de l’époque. Vingt ans plus tard, c’est au tour des Suédois de Bullet de faire leur apparition avec un heavy étrangement inspiré de leur homonyme teuton (l’EP ‘Speeding In The Night’), à tel point que je me suis demandé si ce n’était pas le même groupe qui s’était expatrié entre-temps. La voix de Dag Hell Hofer sonne exactement de la même façon que celle de Klaus Thiel, possédant le même timbre éraillé, à la Brian Johnson. Peut-être est-ce son fils caché ? Musicalement, les deux groupes sont aussi très proches, pratiquant un heavy metal brut de décoffrage. Le Bullet suédois a signé ensuite chez Black Lodge et a sorti son premier album officiel en 2006 (‘Heading For The Top’) avant de rééditer deux ans plus tard avec ‘Bite The Bullet’. Le succès ne se fait pas attendre avec une place dans les charts suédois, l’album atteignant une magnifique troisième place (incroyables, ces Suédois !). Il faut dire que les groupes singeant AC/DC (Airbourne, Big Ball…) vivent ces temps-ci des années de vache grasse et Bullet n’est certainement pas étranger à cette situation. Avec ce troisième album, le groupe peut ressentir la pression car il doit confirmer tout le bien que l’on pense de lui. Et ce ‘Highway Pirates’ ne va assurément décevoir personne car la musique proposée, même si elle n’a rien d’original, sait mettre l’ambiance et les musiciens sont au top de leur forme, particulièrement les guitaristes Hampus Klang et Erik Almström qui enchaînent riff sur riff. À noter que le grand Biff Byford de Saxon apparaît sur le titre éponyme. Si vous aimez le heavy vintage sans concession mais aussi sans réelle ambition, ‘Highway Pirates’ est pour vous ! Bullet ou la réincarnation faite heavy metal ! [Etendhard]
www.bullet.nu

Commenter cet article

mis en ligne le : 12.05.11 par levlic

CD - BLOODBOUND | Unholy Cross (2011)

BLOODBOUND | Unholy Cross
AFM



Avec Bloodbound, il y a changement et changement. Changement de line-up d’abord ; aussi stable que le gouvernement d’une république bananière, le combo suédois a ainsi usé quatre chanteurs en autant d’albums ! Changement musical, ensuite ; dans cette discipline, le sextette fait moins fort. Ceux qui suivent Bloodbound depuis l’excellent premier album, ‘Nosferatu’, le savent bien : il ne faut guère en espérer une révolution sonore. Sans surprise, ‘Unholy Cross’ s’inscrit ainsi dans la lignée de ses trois prédécesseurs, affichant un power metal optimiste et d’excellente facture mais pas novateur pour deux couronnes. L’arrivée du vocaliste ‘Pata’ Johanson justifie plus que jamais la comparaison entre Bloodbound et Edguy (‘The One We Left Behind’). On sent parfois poindre l’influence de Stratovarius (‘Reflections Of Evil’) ou celle, omniprésente depuis ‘Nosferatu’, d’Iron Maiden (‘In For The Kill’, ‘Unholy Cross’). Pillage éhonté ? Hommage ? Une chose est sûre : bien qu’ultra-basique, chaque compo est efficace et admirablement exécutée, et ‘Unholy Cross’ ne manque pas de moments forts. Ceux qui cherchent ce ‘petit truc en plus’ chez un groupe ignoreront superbement Bloodbound. Les amateurs de heavy pur sucre seront, en revanche, comblés. [Dave]
www.bloodbound.se

Commenter cet article

mis en ligne le : 12.05.11 par levlic

CD - BENIGHTED | Asylum Cave (2011)

BENIGHTED | Asylum Cave
Season Of Mist



Il aura fallu attendre quatre années pour voir ce que les Français de Benighted allaient nous envoyer dans la face et voici ‘Asylum Cave’ ! La sortie du dernier CD en date, ‘Icon’, avait été plutôt bien accueilli, alors nous étions en droit de nous demander si les ‘Stéphanois’ allaient placer la barre encore plus haut. Leur nouveau monstre est encore plus torturé que le dernier et ils jouent encore plus vite. Dès les premières minutes, pas moyen de rester endormi, on sait tout de suite qu’il s’agit de Benighted dans les riffs, la voix de Julien Truchant et le son général qui leur est propre. Premier constat sur ‘Asylum Cave’ et ‘Let The Blood Spill Between My Broken Teeth’, deux morceaux qui nous rappellent tout de suite Napalm Death dans ce qui sort des deux six cordes. Toujours dans un thème sur la psychiatrie, nos grindeux nous montrent une nouvelle fois leurs talents, avec cet univers qu’ils se sont approprié avec maîtrise, comme sur le titre ‘Fritzl’. Ici on sort la boîte à riff, tout au long des quarante-cinq minutes, on passe du death au grind, on fait sonner les accords en octave, sans oublier les jeux sur les harmoniques plutôt excellents. On pourrait se dire pas besoin de solo ici, que nenni, les deux guitaristes nous montrent comment manier et faire crier leurs grattes avec brio. Benighted fait partie de ces groupes qui vont faire parler d’eux dans les années à venir soyons en sûr. [Jérémy]
www.myspace.com/brutalbenighted

Commenter cet article

mis en ligne le : 12.05.11 par levlic

PREVIEW - 3 DOORS DOWN | Volkshaus, Zürich – 14.06.2011

3 DOORS DOWN | Volkshaus, Zürich
14 juin 2011
Portes : 19h00 | Prix : CHF aie c’est complet...

Depuis ses débuts il y a une dizaine d’années dans la petite ville d'Escatawpa, au Mississippi, 3 Doors Down sont devenus des vraies stars, tout du moins au pays de l’Oncle Sam. Depuis le succès surprise de l'album des débuts 'The Better Life', certifié double platine grâce notamment au méga-hit 'Kryptonite', en passant par leur méga succès de deux mille deux, 'Away from the sun' et la ballade 'When I'm Gone’ qui les catapulte dans le stardom du rock américain, le groupe a toujours livré des albums de haute qualité. Leur rock mélodique et incisif peut être apprécié par les fans de hard rock ainsi que par un public plus mainstream. En juillet le groupe publiera leur nouveau cd 'Time of My Life' et on les retrouvera à nouveau dans la ville de la Limmat pour la seule date en Suisse de cet été. [Andy Gaggioli]

www.freeandvirgin.ch

Commenter cet article

mis en ligne le : 11.05.11 par indy

PREVIEW - SLASH | Komplex 457, Zürich – 13.07.2011

SLASH | Komplex 457, Zürich
13 juillet 2011
Portes : 19h00 | Prix : CHF aie c’est complet...

Slash a cette capacité d'avoir du succès avec tous ses projets. Gun'n'Roses étaient le plus gros groupe au monde, Slash's Snakepit a aussi eu une bonne notoriété à l'époque et il ne faut oublier aussi Velvet Revolver, une sorte de G'n'R meets Stone Temple Pilots. Sans compter les collaborations les plus diverses avec Michael Jackson et Lenny Kravitz entre autre. Après la publication d'une biographie où le guitariste se met complètement à nu, Slash en 2010 sort un album solo avec une longue liste de musiciens et chanteurs comme spécial guests. Là encore le succès répond présent, en remplissant clubs et salles dans le monde entier. De retour dans nos contrées, il est toujours accompagné par Myles Kennedy, chanteur de Alter Bridge, et de son énorme talent. Pas de doutes, Slash va mettre le feu au Komplex de Zürich avec des tonnes de guitares et du bon r'n'r tout de sueur et de whisky. Ne ratez pas ce concert, car ce sera un vrai voyage dans l’univers du guitariste Américain. [Andy Gaggioli]

www.komplex457.ch

Commenter cet article

mis en ligne le : 11.05.11 par indy

Début - 79 - 80 - 81 - 82 - 83 - Fin

TRANSIT MAGAZINE
Design & Webmonstering by Pat.O
Contact: info@transitmag.ch