PREVIEW - SOLSTAFIR, THE OCEAN, MONO | Les Docks, Lausanne - 03.11.15

SOLSTAFIR, THE OCEAN, MONO | Les Docks, Lausanne
Le 3 novembre 2015

Portes : 19h30 | Prix : 38.-/43.-

Sólstafir fera un long voyage avant de ravir nos yeux et nos oreilles le 3 novembre 2015 prochain aux Docks de Lausanne. En effet ce groupe de metal atmosphérique nous vient tout droit d'Islande et ce n'est pas le climat helvétique qui va le réchauffer mais bon... Côté musical, le quartet a déjà cinq albums au compteur dont le petit dernier 'Ótta' fraîchement sorti en août 2014 chez Season Of Mist qui succède au très beau 'Svartir Sandar' datant de 2011. Sólstafir vient du froid et ça se sent ; leur musique se veut lente, atmosphérique, attristée, mais néanmoins envoûtante et légère. Naviguant entre post-rock et metal progressif, Sólstafir sait mener sa barque et fait mouche avec son originalité et la beauté de sa musique. Le groupe formé en 1995 par trois amis aux noms que j'ai finalement renoncé à écrire ici, enchaîne depuis dix bonnes années les tournées à travers l'Europe et gagne en notoriété ce qui n'est pas pour nous déplaire, bien au contraire. Cette fine équipe ne sera pas toute seule à venir en Suisse puisque les japonais de Mono seront de la partie et présenteront leur tout nouvel album instrumental 'Rays of Darkness'. Enfin, originaire de Berlin, ce sera The Ocean et son post-sludge metal progressif qui sera chargé d'ouvrir les feux de cette soirée à ne pas manquer. [Sam]

Commenter cet article

mis en ligne le : 20.08.15 par Mikamika

PREVIEW - KATAKLYSM, SEPTICFLESH, ABORTED | L'Usine, Genève - 01.02.16

KATAKLYSM, SEPTICFLESH, ABORTED | L'Usine, Genève
Le 1er février 2016

Portes : 19h00 | Prix : 28.-/25.-

1er février 2016, voici une date annoncée bien en avance mais qui aura le mérite de figurer dans les agendas de tous les amateurs de metal extrême. En effet c'est une très belle affiche qui déboulera chez PTR à Genève en ce début de mois (et d'année). Avec en headliner les canadiens de Kataklysm emmenés par leur redoutable frontman Maurizio Iacono qui feront halte à l'Usine pour la première fois. Ils seront entourés par Aborted qui nous viennent tout droit de Waregem, Belgique ; ainsi que de SepticFlesh que l'on ne présente plus tant leurs deux derniers albums 'The Great Mass' et 'Titan' sont sublimes et résonnent encore à nos oreilles. Bref, une soirée qui s'annonce riche et belle car ces trois groupes d'une qualité excellente tant sur le plan technique que musical nous feront l'honneur de la promotion de leurs derniers-nés respectifs. Commençons par Kataklysm (priorité à la tête d'affiche) qui nous présenteront leur dernière galette tout juste sortie chez Nuclear Blast et intitulée 'Of Ghosts And Gods'. Aborted nous dévoilera 'The Necrotic Manifesto' sorti en avril 2014 chez Century Media et enfin le fabuleux 'Titan', dernier opus des Grecs de SepticFlesh sorti en juin 2014 chez Season of Mist. Trois groupes, trois pays, trois styles mais tous réunis sous la bannière d'un metal extrême de haute voltige pour cette immense tournée européenne. Quelle chance qu'ils s'arrêtent à Genève, ne manquez pas le rendez-vous ! [Sam]

Commenter cet article

mis en ligne le : 20.08.15 par Mikamika

PREVIEW - LEAVES’ EYES, DIABULUS IN MUSICA | Kufa, Lyss - 26.10.15

LEAVES’ EYES, DIABULUS IN MUSICA, MELTED SPACE | Kufa, Lyss
Le 26 octobre 2015

Portes :19h30 / Prix : CHF 39.00

Les Allemands seront à nouveau en Suisse afin de présenter leur sixième album qui s’intitule ‘King Of Kings’. Ils tournent avec deux groupes intéressants qui feront sûrement parler d’eux dans un avenir proche. Le premier d’entre eux est le français Melted Space. Ce one-man band est entouré depuis 2013 de Clémentine Delauney, chanteuse de Visions Of Atlantis et ils joueront avec des musiciens de session. Malheureusement, nous ne connaissons pas les noms des participants à l’heure actuelle. Préparant un nouvel album qui sortira en octobre avec des membres de l’orchestre philharmonique de Prague, de David Vincent, de Attila Csihar et de musiciens de Soilwork, Kells, Tristania, Shining, The Orphaned Land, … Il est inutile de parier un sou sur l’éclectisme et la variété de la musique. Les Espagnols de Diabulus In Musica, quant à eux, évoluent dans un style plus metal symphonique traditionnel tel qu’Epica, Within Temptation ou Nightwish, pour ne nommer que les plus connus. Leurs compositions sont très accrocheuses et entraînantes avec des riffs très lourds, des growls, beaucoup de chœurs et des orchestrations très réussies. De plus, la chanteuse possède un timbre de voix très chaleureux. Si elle passe le cap du live, vous passerez forcément un excellent moment. La soirée se terminera en beauté avec Leaves’ Eyes qui nous présentera les meilleurs morceaux de son nouvel album. Celui-ci possède un concept et il est dédié à Harald Harfagre, premier roi de Norvège. Bien que Leaves’ Eyes se rapproche de la Romandie, c’est dans le canton de Berne qu’il faudra être afin de profiter de la voix lyrique et cristalline de Liv Kristin. Le line-up actuel a enregistré son second album, il est stable depuis un peu plus de trois ans. De ce fait, nous aurons la chance de voir le groupe rodé et efficace à souhait. Le metal symphonique tantôt puissant et agressif, tantôt mélodique et délicat ravira les fans du genre et les néophytes. [Dom]

Commenter cet article

mis en ligne le : 20.08.15 par Mikamika

LIVE REPORT - SAINT VITUS, ORANGE GOBLIN | Usine, PTR, Genève - 17.10.14

SAINT VITUS, ORANGE GOBLIN | Usine, PTR, Genève
17.10.2014

Une formation de légende et une autre qui se bat pour en devenir une. Un groupe qui a influencé plusieurs générations de musiciens et un autre qui repousse les barrières d’un genre musical. L’honneur d’ouvrir sur la tournée de Saint Vitus est revenu à Orange Goblin, cette formation anglaise de stoner aux influences multiples est très réputée en live pour ses prestations énergiques et musclées. Entre son chanteur géant à la voix unique, le groove infini de ses compositions, la lourdeur de ses riffs et son envie inaltérable à échanger avec le public, on aura assisté à un concert unique ! ‘Some You Win, Some You Lose’, ‘Acid Trial’, ‘Save Me From Myself’, ‘The Fog’ et pour le nouvel et incroyable album : ‘Sabbath Hex’, ‘The Devil’s Whip’, ‘Heavy Lies The Crown’. Saint Vitus monte sur scène devant un public chauffé à blanc. Comme à son accoutumée, suite à une courte intro qui donne le ton, le groupe rentre en force avec, ce soir, la génialissime ‘I Bleed Black’. Le public est aux anges et le groupe enchaîne les tueries, tels ‘White Stalion’, ‘The War Starter’ ou encore ‘The Lost Feeling’. La lourdeur légendaire, les riffs acérés ou les solos épileptiques du guitariste, le groove et la puissance du batteur, la basse millimétrique, sans compter le charisme et la voix unique du frontman. Cela nous aura permis d’assister à la meilleure affiche et au plus grand concert de cette dernière année ou de ces dix dernières années ? Je n’ai qu’un mot aux lèvres : perfection !

[Saintbiel&Anaïsgoblin]

Commenter cet article

mis en ligne le : 26.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - MORBID ANGEL, DARKRISE | RKC, Vevey - 12.11.14

MORBID ANGEL, DARKRISE | RKC, Vevey
12.11.2014

En cette semaine de novembre pluvieuse et de plus en plus fraîche, le RKC accueille Morbid Angel pour sa tournée des vingt ans de ‘Covenant’. Quoi de mieux pour aller se réchauffer ! En ouverture il y a eu les Suisses de Darkrise pratiquant un death très varié avec même parfois une touche grind. Pas encore pleine, la salle a achevé de se remplir pendant leur concert.On notera la présence de quelques illustres représentants du public genevois… Après une pause démontage-montage de matériel, voilà MorbidAngel qui débarque en grande forme avec dans l’arrière-plan les reproductions de deux gravures cachant les baffles et amplis du groupe. L’inimitable son Morbid Angel est bien là pour nous décaper lesoreilles etil est vraiment excellent. Il semble d’ailleurs que cela soit toujours le cas au RKC. Sa précisionpermettait de bien distinguer les finesses du jeu de batterie ainsi que les lignes de basse. Ce qui est rare pour être mentionné, car souvent on ne fait que la deviner dans le magma sonore. L’album ‘Covenant’ passe vite, trop vite… Mais comme c’est bon. Puis le groupe nous joue un titre tiré de chacun des autres albums. Même ‘ExistoVulgore’ venant du dernier album passe super bien. Une mention toute spéciale pour les titres ‘Immortal Rites’ et ‘FallFrom Grace’, le deuxième clôturant la soirée. Contrairement à quelques personnes snobant le groupe depuis le départ de Pete ‘Commando’Sandoval, je trouve que son remplaçant, Tim Yeung, l’égale tout à fait. Il fait ce que son prédécesseur faisait. Et comme il est jeune, il ne pourra que faire mieux. Ce soir-là, tout le groupe cultivait son côtéfashion. Du maquillage autour des yeux pour le batteur, point de vinylepour David Vincent, mais une tenue fashion rock. Pour Thor Anders Myhren, ce sera sa queue de cheval toujours du même côté ainsi que ses chaussures montantes dont la brillance et la propreté du cuir feraient pâlir une dominatrice SM. Mais la palme revient à TreyAzagthoth qui portait de magnifiques baskets blanches…Passé cette revue digne de Cristina Cordula, venons-en à la conclusion. Pas de bol pour ceux qui n’étaient pas présents à cette excellente soirée qui a remis les pendules à l’heure concernant Morbid Angel. Voilà, c’est dit !

[Barberousse]

Commenter cet article

mis en ligne le : 26.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - HATEBREED, NAPALM DEATH | Usine, PTR, Genève - 11.11.14

HATEBREED, NAPALM DEATH | Usine, PTR, Genève
11.11.2014

Efficace et brutale, la soirée ! Une Usine remplie de manière satisfaisante pour cette soirée qui voyait deux monstres de la musique s’affronter. L’ouverture se fait au son du death / grindcore de Napalm Death, inventeur de ce dernier genre avec l’album ‘Scum’ en 1981. Le groupe est en forme, Greenway est énervé comme personne et déverse avec hargne les morceaux tous plus violents les uns que les autres ! Pas moins de sept albums représentés, un nouveau titre et une face B pour nous faire bouger au son de ‘ Scum’, ‘Suffer The Children’ ou encore ‘Breed To Breath’, pour n’en citer que trois ! Un son et une énergie qui aura eu raison des plus réticents ! Les cinquantenaires laissent la salle aux mains d’Hatebreed, qui connait parfaitement son travail et monte sur scène avec la volonté farouche de faire pousser les murs au public, au son de morceaux autant récents que plus anciens, tels que ‘Last Breath’, ‘This Is Now’, et j’en passe et des meilleurs, pourtant… Ce groupe a le don de composer des morceaux ultra efficaces, certes, mais qui perdent de leur efficacité en live. Le son ne les a pas aidés, je suis obligé de le préciser, mais le manque de voix de Jasta, une fois de plus, aura contribué au manque de punch de la formation ricaine. Tournées trop longues ? Trop de projets annexes ? Le problème devient récurent et finira par nuire au groupe. Cela n’aura en rien altéré la joie et la démonstration de plaisir du public venu en nombre pour s’éclater au son d’Hatebreed ! Une soirée encore une fois immanquable ! Ça commence à devenir une habitude dans notre belle Usine !

[Lambideathbreed]

Commenter cet article

mis en ligne le : 26.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - GHOST BRIGADE, AGRIMONIA | Kiff, Aarau - 11.02.15

GHOST BRIGADE, AGRIMONIA, TALBOT | Kiff, Aarau
11.02.2015

Si vous n’avez toujours pas écouté Ghost Brigade, c’est le moment de jeter au plus vite une oreille dessus et tout particulièrement sur leurs deux derniers opus, ‘Until Fear No Longer Define Us’ et ‘IV : One With The Storm’. Personnellement c’est une de mes grosses révélations metal de ces dernières années (contrairement au Ghost sans Brigade que tout le monde adore mais que je trouve pour ma part très plat). Bref, même si Aarau n’est pas la porte à côté, nous avons pris notre courage à deux pieds (pour appuyer sur les pédales) et sommes partis en expédition dans le canton d’Argovie (vous voyez une autre raison d’aller là-bas vous ?). Arrivé trop tard pour Talbot, je passerai également rapidement sur Agrimonia, du death avec une chanteuse vraiment mal foutu. Rien à voir avec la brigade fantôme qui, dès son arrivée sur l’excellent ‘Wretched Blues’, nous plonge directement dans l’ambiance. Difficile de décrire leur style musical qui s’avère être un gros patchwork de doom, sludge, death et gothic metal (oui rien que ça !), mais le tout s’imbrique parfaitement pour un résultat juste incroyable. Logiquement c’est surtout les deux derniers disques qui sont à l’honneur avec une mention spéciale pour la longue et magnifique ‘Electra Complex’, climax absolu du concert. Les musiciens sont précis comme des coucous argoviens et le son est parfait du début à la fin. Autre superbe titre à mentionner, ‘The Divine Act Of Lunacy’ tiré de l’album précédent. La seule incursion vers les premiers albums se fera au moment du rappel avec ‘Deliberatly’ et ‘Suffocated’ qui concluent parfaitement ce magnifique concert. Encore une fois, courez jeter une oreille sur cette formation qui risque de faire beaucoup parler d’elle ces prochaines années !

[PsiloSyn]

Commenter cet article

mis en ligne le : 26.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - SLASH, MONSTER TRUCK | St. Jakobshalle, Bâle - 15.11.15

SLASH, MONSTER TRUCK | St. Jakobshalle, Bâle
15.11.2014

Après une très longue balade sous la pluie battante, on est enfin arrivé à Bâle et on est content de l’organisation suisse allemande ; la St. Jakobshalle est ouverte à l’heure, l’entrée est couverte et la sécurité pas trop pénible. Les Canadiens de Monster Truck nous ont délivré un set très seventies. Les musicos sont bons, c’est une découverte pour moi. Le groupe existe depuis 2008, a déjà tourné avec Vista Chino ainsi qu’Alice In Chains, a sorti deux EP et un album, mais on n’était pas venu pour eux et la majorité du public non plus. Salle comble pour Slash, Myles Kennedy et les conspirateurs. Avec leur troisième opus ‘World On Fire’ dans les bacs depuis mi-septembre, ils nous ont fait passer une superbe soirée. Après le voyage sous la pluie, on s’amuse enfin ! La setlist est tirée de tout le répertoire de Slash, époque Guns, Slash’s Snakepit, Velvet Revolver et avec les conspirateurs. Quelle soirée magnifique ! On comprend aisément pourquoi Slash n’a plus besoin de jouer avec les Guns, entre Myles Kennedy et Todd Kerns, ses morceaux sont accompagnés par des vrais chanteurs… Je sais, les fans d’Axl vont m’en vouloir, mais faudra vous y faire, sur scène ils chantent, ne perdent pas leur voix, ne sont pas criards et surtout on n’a ni retard ni crises. ‘You’re A Lie’, ‘Night Train’, ‘Halo’, ‘Out Ta Get Me’, ‘Bent To Fly’, ‘World On Fire’ ou encore ‘Slither’. Et les petites reprises de la fin ? Bon, vous les connaissez, ‘Sweet Child O’ Mine’, ‘Slither’ et ‘Paradise City’. Un conseil, ne les ratez pas la prochaine fois, ça mérite vraiment le détour.

[Suzy]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - MOONSPELL, SEPTICFLESH | Rocking Chair, Vevey - 21.03.15

MOONSPELL, SEPTICFLESH, BORGNE | Rocking Chair, Vevey
21.03.2015

Bonjour, mon nom est Alias et je suis un prog-head. Du coup, vous imaginez qu’un zozo dans mon genre, dans un concert de Moonspell avec Borgne et Septicflesh c’est un peu comme de mettre un Teletubby dans une messe noire. Sauf que les concerts de metal, j’ai l’habitude et, à l’aune de ce que peut être le black metal, ces trois-là sont plutôt inoffensifs : les Suisses de Borgne donnent dans le black atmosphérique, Septicflesh, venu de Grèce, dans le death symphonique à grand spectacle et les Portugais de Moonspell dans le gothique metal très mélodique. Mais, là encore, tout est relatif : ‘inoffensif’ ne veut pas dire calme. C’est tout de même du metal, que diable ! Si je puis dire. Borgne ouvre les hostilités, toutes peintures de guerre dehors, et attaque un set contrasté : plutôt planant, mais dominé par un colosse au chant hurlé et growlé parfois en même temps. La salle est alors à moitié vide et le public, s’il semble assez dans la musique, ne se manifeste pas beaucoup. Ambiance curieuse ; c’est donc ça, les concerts de black metal ? En fait, non, ce n’est pas ça et si Borgne n’a pas démérité, quand Septicflesh entre en scène, le public, qui a fini par remplir la salle, lui réserve un accueil nettement plus bruyant. Le groupe arrive au milieu de ses visuels macabres, entre planche d’anatomie moyenâgeuse et symboles ésotériques et entame une prestation sur fond d’arrangements symphoniques. Les morceaux proviennent principalement des deux derniers albums, ‘The Great Mass’ et ‘Titan’. Le côté grandiloquent de la musique peine à s'imposer dans le contexte de la petite salle, mais Septicflesh assure une prestation intense et le public suit avec passion. Mais le groupe phare de la soirée, c’est Moonspell, qui fête cette année le vingtième anniversaire de leur premier album, ‘Wolfheart’ et leur nouvel opus, ‘Extinct’. Emmené par le très charismatique Fernando Ribeiro, qui se met le public dans la poche en lui parlant en anglais, en français et en portugais, Moonspell propose un concert qui oscille entre les albums les plus récents et les très anciens, avec ‘Alma Mater’ en final et ‘Full Moon Madness’ en rappel. La prestation est impressionnante de professionnalisme, avec un son bien carré et un light show subjuguant et quelques accessoires de scène un peu kitschouilles, mais qui font bien. Pour autant, le groupe n’oublie pas son public qui profite de l’absence de fosse pour grimper sur scène, au grand dam des vigiles, et semble beaucoup s’amuser. Je suppose que les puristes ricaneront à l’idée de classer une soirée avec Moonspell et Septicflesh comme black metal, mais on s’en fout, des puristes : le concert était très bien, c’est tout ce qui compte.

[Stéphane ‘Alias’ Gallay]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - HELMET | Usine, PTR, Genève - 14.10.15

HELMET | Usine, PTR, Genève
14.10.2014

Une décennie, c’est quasiment ce qu’il aura fallu attendre pour avoir la chance de voir à nouveau les Ricains d’Helmet à l’Usine. Une attente qui aura valu la peine. Non seulement le groupe revient, mais en plus pour fêter avec nous l’anniversaire de son meilleur album, sobrement appelé ‘Betty’. Pourtant ce n’est pas sous la forme d’une belle blonde, telle celle qui orne la couverture dudit album, qu’ils arrivent sur scène, mais bien comme un seul homme, fin prêts à déverser leurs riffs imparables devant un public impatient. Dès les premiers titres, on comprend pourquoi le groupe avait créé un tel buzz à l’époque de la sortie de cette galette. Que du bon, ça ronronne, ça envoie de partout et la voix est presque identique à l’album ! Le seul hic viendra de la prestation statique du frontman et fondateur du groupe, Page Hamilton. Le second set sera aussi de toute bonne facture. La formation de metal alternatif n’a rien perdu de sa superbe. Un concert efficace et qui nous rappelle que les bonnes formations vieillissent bien.

[Helmetbiel]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.05.15 par Mikamika

- 1 - 2 - 3 - Fin

TRANSIT MAGAZINE
Design & Webmonstering by Pat.O
Contact: info@transitmag.ch