LIVE REPORT - SLASH, MONSTER TRUCK | St. Jakobshalle, Bâle - 15.11.15

SLASH, MONSTER TRUCK | St. Jakobshalle, Bâle
15.11.2014

Après une très longue balade sous la pluie battante, on est enfin arrivé à Bâle et on est content de l’organisation suisse allemande ; la St. Jakobshalle est ouverte à l’heure, l’entrée est couverte et la sécurité pas trop pénible. Les Canadiens de Monster Truck nous ont délivré un set très seventies. Les musicos sont bons, c’est une découverte pour moi. Le groupe existe depuis 2008, a déjà tourné avec Vista Chino ainsi qu’Alice In Chains, a sorti deux EP et un album, mais on n’était pas venu pour eux et la majorité du public non plus. Salle comble pour Slash, Myles Kennedy et les conspirateurs. Avec leur troisième opus ‘World On Fire’ dans les bacs depuis mi-septembre, ils nous ont fait passer une superbe soirée. Après le voyage sous la pluie, on s’amuse enfin ! La setlist est tirée de tout le répertoire de Slash, époque Guns, Slash’s Snakepit, Velvet Revolver et avec les conspirateurs. Quelle soirée magnifique ! On comprend aisément pourquoi Slash n’a plus besoin de jouer avec les Guns, entre Myles Kennedy et Todd Kerns, ses morceaux sont accompagnés par des vrais chanteurs… Je sais, les fans d’Axl vont m’en vouloir, mais faudra vous y faire, sur scène ils chantent, ne perdent pas leur voix, ne sont pas criards et surtout on n’a ni retard ni crises. ‘You’re A Lie’, ‘Night Train’, ‘Halo’, ‘Out Ta Get Me’, ‘Bent To Fly’, ‘World On Fire’ ou encore ‘Slither’. Et les petites reprises de la fin ? Bon, vous les connaissez, ‘Sweet Child O’ Mine’, ‘Slither’ et ‘Paradise City’. Un conseil, ne les ratez pas la prochaine fois, ça mérite vraiment le détour.

[Suzy]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - MOONSPELL, SEPTICFLESH | Rocking Chair, Vevey - 21.03.15

MOONSPELL, SEPTICFLESH, BORGNE | Rocking Chair, Vevey
21.03.2015

Bonjour, mon nom est Alias et je suis un prog-head. Du coup, vous imaginez qu’un zozo dans mon genre, dans un concert de Moonspell avec Borgne et Septicflesh c’est un peu comme de mettre un Teletubby dans une messe noire. Sauf que les concerts de metal, j’ai l’habitude et, à l’aune de ce que peut être le black metal, ces trois-là sont plutôt inoffensifs : les Suisses de Borgne donnent dans le black atmosphérique, Septicflesh, venu de Grèce, dans le death symphonique à grand spectacle et les Portugais de Moonspell dans le gothique metal très mélodique. Mais, là encore, tout est relatif : ‘inoffensif’ ne veut pas dire calme. C’est tout de même du metal, que diable ! Si je puis dire. Borgne ouvre les hostilités, toutes peintures de guerre dehors, et attaque un set contrasté : plutôt planant, mais dominé par un colosse au chant hurlé et growlé parfois en même temps. La salle est alors à moitié vide et le public, s’il semble assez dans la musique, ne se manifeste pas beaucoup. Ambiance curieuse ; c’est donc ça, les concerts de black metal ? En fait, non, ce n’est pas ça et si Borgne n’a pas démérité, quand Septicflesh entre en scène, le public, qui a fini par remplir la salle, lui réserve un accueil nettement plus bruyant. Le groupe arrive au milieu de ses visuels macabres, entre planche d’anatomie moyenâgeuse et symboles ésotériques et entame une prestation sur fond d’arrangements symphoniques. Les morceaux proviennent principalement des deux derniers albums, ‘The Great Mass’ et ‘Titan’. Le côté grandiloquent de la musique peine à s'imposer dans le contexte de la petite salle, mais Septicflesh assure une prestation intense et le public suit avec passion. Mais le groupe phare de la soirée, c’est Moonspell, qui fête cette année le vingtième anniversaire de leur premier album, ‘Wolfheart’ et leur nouvel opus, ‘Extinct’. Emmené par le très charismatique Fernando Ribeiro, qui se met le public dans la poche en lui parlant en anglais, en français et en portugais, Moonspell propose un concert qui oscille entre les albums les plus récents et les très anciens, avec ‘Alma Mater’ en final et ‘Full Moon Madness’ en rappel. La prestation est impressionnante de professionnalisme, avec un son bien carré et un light show subjuguant et quelques accessoires de scène un peu kitschouilles, mais qui font bien. Pour autant, le groupe n’oublie pas son public qui profite de l’absence de fosse pour grimper sur scène, au grand dam des vigiles, et semble beaucoup s’amuser. Je suppose que les puristes ricaneront à l’idée de classer une soirée avec Moonspell et Septicflesh comme black metal, mais on s’en fout, des puristes : le concert était très bien, c’est tout ce qui compte.

[Stéphane ‘Alias’ Gallay]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - HELMET | Usine, PTR, Genève - 14.10.15

HELMET | Usine, PTR, Genève
14.10.2014

Une décennie, c’est quasiment ce qu’il aura fallu attendre pour avoir la chance de voir à nouveau les Ricains d’Helmet à l’Usine. Une attente qui aura valu la peine. Non seulement le groupe revient, mais en plus pour fêter avec nous l’anniversaire de son meilleur album, sobrement appelé ‘Betty’. Pourtant ce n’est pas sous la forme d’une belle blonde, telle celle qui orne la couverture dudit album, qu’ils arrivent sur scène, mais bien comme un seul homme, fin prêts à déverser leurs riffs imparables devant un public impatient. Dès les premiers titres, on comprend pourquoi le groupe avait créé un tel buzz à l’époque de la sortie de cette galette. Que du bon, ça ronronne, ça envoie de partout et la voix est presque identique à l’album ! Le seul hic viendra de la prestation statique du frontman et fondateur du groupe, Page Hamilton. Le second set sera aussi de toute bonne facture. La formation de metal alternatif n’a rien perdu de sa superbe. Un concert efficace et qui nous rappelle que les bonnes formations vieillissent bien.

[Helmetbiel]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - AT THE GATES, TRIPTYKON | Kiff, Aarau - 16.12.15

AT THE GATES, TRIPTYKON | Kiff, Aarau
16.12.2014

Étrange affiche que celle de cette tournée d’At The Gates. On y navigue entre le black metal de Morbus Chron, le doom ultra-pesant de Triptykon et le death mélodique des Suédois. Les dénominateurs communs seront toutefois qualité et brièveté. Une quarantaine de minutes pour se plonger dans un set des Suisses de Triptykon, c’est court. Quand bien même Tom G. Warrior démarre sur l’inévitable ‘Procreation Of The Wicked’ de Celtic Frost. Les emprunts à ce groupe sont nombreux (‘Circle Of The Tyrant’ et ‘The Usurper’) et, malgré une prestation carrée et noire et un son lourd à l’extrême (ce ‘The Prolonging’ et ses vingt minutes angoissantes ont un goût de fin du monde), les trop rares titres de Triptykon joués ce soir nous laissent un peu sur notre faim. À revoir en tête d’affiche. At The Gates se fendront, eux, d’un set d’une heure trente. Qui passe à une vitesse phénoménale, à tel point qu’on en redemande volontiers. Affirmer que les pères du ‘Gothenburg death metal’ effectuent un retour en grâce avec ‘At War With Reality’ tient de l’euphémisme. ‘Death And The Labyrinth’, ‘At War With Reality’, ‘Heroes And Tombs’ ou encore ‘City Of Mirrors’ viennent le rappeler sur la scène du Kiff. L’interprétation est magistrale, le son clair au possible, la prestation efficace : on a l’impression d’entendre le CD tant le groupe maîtrise son sujet. Les nombreux retours aux jours d’avant le split du groupe déclenchent systématiquement circle pits et autres headbangings furieux. En une quinzaine d’années, ‘Terminal Spirit Disease’ et ‘Suicide Nation’ n’ont pas pris une ride, à l’instar des brutaux emprunts aux premiers efforts du groupe, ‘Windows’ ou ‘Raped By The Light Of Christ’. Une heure trente, c’est long. Sauf quand At The Gates est sur scène.

[Dave]

Commenter cet article

mis en ligne le : 06.05.15 par Mikamika

PREVIEW - SAMAEL, MONKEY 3 | L’Usine, Genève - 23.05.15

SAMAEL plays CEREMONY OF THE OPPOSITES, MONKEY 3 | L’Usine, Genève
Le 23 mai 2015

Portes : 21h | Prix : CHF 28.00 / CHF 30.00

Sorti en 1994, ‘Ceremony Of The Opposite’ marque un premier tournant dans la carrière des Valaisans de Samael. Du black metal des débuts le groupe se dirige vers un dark metal plus lent et lourd avec l’introduction de samples et claviers, prémices des albums à venir. Mais en ce 23 mai de l’an de grâce 2015, c’est bien le fameux ‘Ceremony’ qui sera joué dans son intégralité. On retrouvera donc les hits de l’album que sont ‘Black Trip’, ‘Baphomet’s Throne’, ‘Son Of Earth’ mais aussi des morceaux rares tels que ‘Mask Of The Red Death’, ‘Crown’, ‘To Our Martyrs’ et bien sûr le climax de l’album avec la chanson éponyme. Un petit best-of des autres disques se chargera de terminer le concert qui risque d’être mémorable ! On signalera également que ce show sera le premier pour Drop (ex-Rain, Sybreed) en terre romande qui vient d’être intégré au line-up à la basse en remplacement de Mas. En ouverture c’est le stoner progressif des Lausannois de Monkey 3 qui sera mis à l’honneur. Un chouette samedi soir en perspective !

[PsiloSyn]

http://www.ptrnet.ch

Commenter cet article

mis en ligne le : 02.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - HALESTORM, NOTHING MORE | Kofmehl, Solothurn - 30.03.15

HALESTORM, NOTHING MORE, WILSON | Kofmehl, Solothurn
30.03.2015

Pour un lundi soir il y avait du monde au Kofmehl, malgré un temps maussade et un ciel gris virant sur le noir. Et on apprécie la précision suisse allemande, portes ouvertes à temps, et les groupes jouent comme indiqué sur l’affiche. Wilson, les party animals originaires de Detroit ont commencé leur set à tambour battant, et en trente minutes nous ont balancé tous leurs hits, ‘Snake Eyes’, ‘If You Ever Leave Me’ et ‘College Gangbang’. Ils ont secoué les premiers rangs et les ont réveillés. Groupe découvert sur le Motörboat l’année passée, ce fut un plaisir de les revoir, du sang nouveau sur la scène, il en faut. En deuxième position le groupe Nothing More, à la mode Doors sous adrénaline, pieds nus sur un tapis, et chanteur torse nu et musclé, ils ont fait leur show, les titres que j’ai reconnus sont ‘Christ Copyright’, ‘Jenny’ et pour finir ‘Salem (Burn The Witch)’, un bon set. Enfin le clou de la soirée, celle que toutes les filles et les gars attendais, Mlle Lizzy Hale, eh bien ça fait plaisir de voir que les jeunes filles d’aujourd’hui ont leur idole rock’n roll à suivre. À mon époque c’était The Runaways, Girlschool ou encore Wendy O’Williams, et maintenant on sait que la relève est assurée avec Halestorm. Elle assure grave la meuf, cheveux tirés en arrière dans un petit chignon, ça démarre avec une intro vocale de ‘She Won’t Mind’ puis c’est avec sa Gibson Explorer qu’elle va mener le bal. Ils n’ont pas arrêté de répéter que leur prochain album sort très bientôt, on a pu en écouter plusieurs nouveaux titres dont ‘Apocalyptic’ ou encore ‘Amen’, et bien sûr ils ont joué les hits, ‘Daughters Of D’, ‘Misersy’ et ‘Love Bites’. Dommage que vers la fin la fatigue vocale commençait à se ressentir, elle est bien agressive sur scène avec l’attitude qui va avec, mais toujours avec le sourire. Elle aime ce qu’elle fait, ça se voit. On leur souhaite une longue vie, parce que Girls Rock Too !

[Suzy]

Commenter cet article

mis en ligne le : 02.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - ENSIFERUM, INSOMNIUM | Les Docks, Lausanne - 19.03.15

ENSIFERUM, INSOMNIUM, OMNIUM GATHERUM | Les Docks, Lausanne
19.03.2015

Arrivée aux Docks en avance afin de ne pas rater le début de cette soirée du 19 mars qui s'annonce plutôt relevée avec au programme : Omnium Gatherum, Insomnium et Ensiferum dans le cadre de ce One Man Army Tour. Les six Finlandais de Omnium Gatherum commencent à l'heure, ponctualité helvétique oblige, avec un son propre et une bonne énergie, ils nous abreuveront de leurs meilleurs titres pendant une quarantaine de minutes. Vient ensuite le quatuor Insomnium dans lequel nous retrouvons également le lead gratteux du groupe précédent, à savoir Markus Vanhala. La formation est présente pour assurer la promo de son dernier-né, ‘Shadows Of The Dying Sun’. Ce sera dans un son presque entièrement noyé dans les samples et la double-pédale que la bande à Niilo Sevänen balancera devant une foule endiablée son death metal mélodique puissant et dynamique. Vingt-deux heures et arrive la tête d'affiche tant attendue puisqu'il s'agit du combo Ensiferum. Emmi Silvennoinen aux claviers est remplacée par la jeune Netta Skog, une accordéoniste de toute beauté qui se permettra même un solo au milieu du concert, ce qui ne manquera pas d'aguicher la foule masculine sans doute plus attirée par ses charmes que par la qualité de sa prestation. Les titres des albums ensiferumiens ne manquent pas sur la set-list avec ‘Into Battle’, ‘Ahti’, ‘Victory Songs’, ‘From Afar’, ‘Iron’, etc. La bonne humeur règne autant sur scène que dans le pit, et nos cinq guerriers nordiques déconnent tellement qu'ils s'offriront un petit ‘Breaking The Law’ avec Janne (initialement derrière les fûts) à la guitare, Petri à la basse, Markus à la batterie et Samy à l'accordéon. La sublime Netta tiendra le rôle de frontwoman en interprétant les paroles de Rob Halford. Un moment inattendu et pour le moins surprenant mais très amusant ! Bref, une excellente soirée placée sous le signe du viking death metal mélodique avec trois groupes qui continueront à faire parler d'eux.

[Sam]

Commenter cet article

mis en ligne le : 02.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - EARTHLESS, SPACE FISTERS | Usine, PTR, Genève - 05.11.14

EARTHLESS, SPACE FISTERS | Usine, PTR, Genève
05.11.2014

Space Fisters… Tu parles d’un nom ! Un groupe qui a de bonnes idées de riffs par moments, mais qui peine à vraiment y mettre cohérence et efficacité. Ils n’auront pas fisté l’Usine plus que ça. Un set de plus de quarante minutes pour la première partie, ce fut un peu long. Earthless monte sur scène discrètement et envoie ‘Sonic Prayer’ et ‘Violence Of The Red Sea’ d’entrée !!! Ce qui nous met déjà à la moitié du concert, car le groupe compose des morceaux compris entre quinze et vingt minutes ultra évolutifs et efficaces en permanence. Leur force réside dans la facilité désarmante à mêler énergie et hystérie du punk, via leur batteur Mario Rubalcaba (Rocket From The Crypt, Hot Snakes…), qui délivre également un groove de titan, appuyé par Mike Eginton, le bassiste et fondateur du trio de San Diego. Que dire du guitariste, Isahia Mitchell (Nebula…), qui est en solo frénétique du début à la fin des titres ? Le tout maîtrisé jusqu’au bout ! L’image que m’a inspirée ce groupe est celle d’un chat de deux tonnes qui ronronne. L’Usine a retrouvé toutes ces lettres de noblesse et ce concert ne fera que le confirmer !

[Anaïslessbiel]

Commenter cet article

mis en ligne le : 02.05.15 par Mikamika

LIVE REPORT - BLACK LABEL SOCIETY | Z7 & les Docks - 14 & 15.03.15

BLACK LABEL SOCIETY, BLACK TUSK, CROBOT | Z7, Pratteln & Les Docks, Lausanne
14 et 15.03.2015

Zakk Wylde de retour en Suisse pour deux dates, allez hop, c’est parti pour un week-end où le riff va être roi et la gueule de bois reine. Arrivé au Z7, mauvaise nouvelle, les photographes sont interdits, apparemment Mr Zakk est venu avec son photographe et celui-ci ne veut pas être dérangé. Peu importe, direction les premiers rangs tout de même pour constater que Zakk n’a jamais été aussi en forme et surtout qu’il a pris dans ses bagages un excellent ingénieur du son, mais quel bonheur ! Jamais concert au Z7 n’a été aussi puissant surtout avec la setlist que le Zakk nous réserve. Un très long solo va casser un peu l’ambiance, mais bon, même là on peut dire qu’on en a eu pour notre argent tant Zakk et sa bande sont en phase avec leurs fans. Le lendemain, on prend les mêmes et on recommence, sauf que la taille du Z7 et celle des Docks, c’est un peu comparer David et Goliath. Setlist sans changement, un solo un poil plus court, mais quelle présence et quelle intensité. Je n’ai pas encore parlé des groupes de première partie. Ils sont l’exemple parfait qu’il ne faut pas se fier à un concert pour se faire une idée d’un groupe. Crobot qui évoluent dans un registre assez groovy, un rock à la Black Crow boosté, ont été géniaux à Lausanne mais un son bien trop quelconque lors de leur prestation au Z7. Black Tusk et leur stoner hardcore, c’est exactement le contraire, parfait au Z7, mais bien trop agressif à Lausanne. Bref, week-end bien rempli, j’en ai encore des riffs plein les oreilles.

[Indy]

Commenter cet article

mis en ligne le : 02.05.15 par Mikamika

PREVIEW - MACHINE HEAD | Fri-Son, Fribourg - 06.10.15

MACHINE HEAD | Fri-Son, Fribourg
Le 6 octobre 2015

Portes : 19h00 | Prix : 45.-/49.-

Machine Head, le mythique quatuor américain débarquera dans la très belle salle du Fri-Son le mardi 6 octobre 2015 pour nous (re)présenter son dernier-né toujours d'actualité : 'Bloodstone & Diamonds'. Moins d'une année après leur passage remarqué aux Docks de Lausanne, la bande au charismatique Robb Flynn revient en Suisse Romande avec son metal inimitable. Fondé en 1991 le quartet californien écume depuis les salles et festivals du monde entier. Impossible de passer à côté du fantastique 'The Blackening' sorti en 2006 et sixième galette du combo. Depuis, Machine Head peut être considéré comme l'un des groupes phare du metal actuel avec plus de 3 millions d'albums vendus à travers le monde. Leur musique mélange habilement thrash, groove et heavy avec une voix tantôt hurlée, tantôt chantée par Robb Flynn, principal compositeur du groupe. Leur dernier album en date, sorti en novembre 2014 est le premier à sortir sous le label Nuclear Blast contrairement aux précédents parus chez Roadrunner. Les voir sur la scène du Fri-Son à Fribourg sera un vrai régal pour les yeux et les oreilles, car Machine Head place toujours haut la barre en matière de show live.

[Sam]

Commenter cet article

mis en ligne le : 02.05.15 par Mikamika

- 1 - 2 - 3 - Fin

TRANSIT MAGAZINE
Design & Webmonstering by Pat.O
Contact: info@transitmag.ch