TRANSIT MAGAZINE - Swiss Metal Magazine

CONCOURS TRANSIT


SAMAEL plays CEREMONY OF THE OPPOSITES
L'Usine, Genève
23.05.2015

TESTAMENT, EXODUS
L'Usine, Genève
27.05.2015

DYING FETUS
L'Amalgame, Yverdon
12.06.2015

MASTODON
(réservé aux membres)
15.06.2015

MACHINE HEAD
Fri-Son, Fribourg
06.10.2015

Pour plus d'infos : http://www.transitmag.ch/index.php?Article=6028

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.05.10 par indy

LIVE REPORT - THE ERKONAUTS | L’Usine, Urgence Disk, Genève - 22.12.14

THE ERKONAUTS | L’Usine, Urgence Disk, Genève
22.12.2014

Nous voilà frais un lundi soir, à peine arrivés dans le magasin Urgence Disk de la place des Volontaires, tenu par un Baron légendaire avide de concerts underground comme nous les aimons tous. Cet endroit paraît surréaliste, vaillamment niché au pied d'une Usine crasseuse qui a néanmoins accueilli tellement de groupes cultes venus du monde entier. Toutefois l'ambiance y est ici familiale et délicate, et l'acoustique bien meilleure que dans d'autres clubs ayant l'exagérée prétention de se déclarer audibles du point de vue de l'amateur averti que je suis. Un cadre incroyable pour un groupe incroyable, quoi de mieux pour accueillir les Genevois de The Erkonauts, ce quartette sorti tout droit des mamelons d'un enfer maladroit qui voulait soi-disant faire peur aux enfants craignant un semblant de lueur sombre. Que nenni, car The Erkonauts vont nous abreuver d'une fantastique potion revigorante qui en ravivera plus d'un ce soir. Leur nouvel album est à l'honneur bien sûr. Les titres tirés de ‘I Did Something Bad’ sont mis aux enchères en cette soirée d'hiver et c'est bien ce que l'on attend. Le ton est donné cash directement avec ‘The Great Ass Poopery’ suivi par ‘Tony 5’. Après un souci de corde, l'auditoire aura droit à une reprise ‘The Machine’ tirée d'un groupe qu'il est inutile de nommer ici. S'ensuivront encore ‘Nola’, ‘Dominium Mundi’ et quelques autres pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Avec un Vinch tout à fait fringuant derrière sa belle Tama Starclassic qu'il n'a pas peur de percuter, tout fan de caisse claire qu'il est comme moi de ses cymbales. Un monstre tout en puissance qui peut envoyer se faire rhabiller plus d'un batteur. Fred, entre deux gorgées de whisky, balance tel un lion féroce ses solos précis et clairs comme on les aime. Et si Bakdosh semble un brin discret physiquement, sa présence se fait parfaitement ressentir à la gratte rythmique. Quant à Ales, on dirait qu'il chevauche sa basse tel un Zeus parti (re)conquérir l'Olympe avec une voix descendant du Mordor afin d'enfin détruire le mal qui nous entoure ; si sous sa casquette son crâne paraît désertique il n'en est rien de l'énergie et de la hargne qu'il envoie à boulets rouges sur un public chauffé à bloc. Bref, un groupe qui ne demande qu'à dissoudre l'âme qui coule en vous et n'en faire qu'un ramassis de Jack Daniel's nauséabond traînant au fond d'un local suintant les dernières odeurs d'une vague fosse septique qui n'a servi qu'à engrosser les restes dzijosiens sur lesquels sont nés les sublimes Erkonauts. ‘So, if I did something bad, you gonna do something worse again because this is the way and shut up.’ À découvrir absolument si ce n'est pas encore chose faite, conseil d'ami. [Sam]

Commenter cet article

mis en ligne le : 21.04.15 par Mikamika

LIVE REPORT - KREATOR, ARCH ENEMY | Z7, Pratteln - 14.12.14

KREATOR, ARCH ENEMY | Z7, Pratteln
14.12.2014

Les vieux briscards ont de quoi se réjouir : l’affiche de ce dimanche soir aligne quelques-uns des piliers les plus solides de la scène metal européenne. Nous arriverons trop tard pour savourer la prestation de la ‘première partie’ : Vader. En guise de chauffe-salle, on a vu pire. Sodom déboule sur scène à tout juste vingt heures pour asséner une leçon de thrash. Tom Angelripper et sa bande célèbrent comme il se doit le vingt-cinquième anniversaire de son best-seller ‘Agent Orange’, lui consacrant le tiers de ce bref set. Le groupe allemand est loin de vivre sur le passé et c’est plutôt à grands coups de ‘City Of God’ ou de son nouveau single ‘Sacred Warpath’ qu’il met ses fans à genoux. Un constat d’emblée à l’arrivée d’Arch Enemy : le public des Suédois s’est considérablement rajeuni depuis le transfert d’Alyssa White Gluz. Deuxième constat : ce public est sans doute plus là pour le physique de l’ex-The Agony que pour ses performances vocales. Attitude arrogante, charisme discutable (en tout cas moins évident que celui d’Angela Gossow) : la demoiselle n’a pas prouvé grand-chose au fil d’un concert longuet et soporifique. Au contraire de ses acolytes qui livrent un set sympa, alignant les brûlots (‘We Will Rise’, ‘Ravenous’, ‘Dead Eyes See No Future’). À revoir quand le nouveau line-up sera complètement rodé. Après cet interlude, Kreator a le champ libre pour tout massacrer. Et Mille Petrozza ne s’en prive pas. À l’image de Sodom, les papys du thrash ne se contentent pas de balancer un best of de leur carrière. Les incontournables ‘Endless Pain’, ‘Pleasure To Kill’ et ‘People Of The Lie’ figurent tout de même au programme mais c’est davantage vers ses trois derniers efforts que le groupe se tourne. Mélodies imparables, riffs à se démettre les cervicales et interprétation précise et puissante, light show somptueux ont fait de ce show un moment de pur bonheur. [Dave]

Commenter cet article

mis en ligne le : 21.04.15 par Mikamika

LIVE REPORT - AIRBOURNE, BONAFIDE, SIDEBURN | Z7, Pratteln - 10.11.14

AIRBOURNE, BONAFIDE, SIDEBURN | Z7, Pratteln
10.11.2014

Quelle fête pour un lundi soir ! Pour débuter la soirée, l’apéro se fait au son de Sideburn, ‘Devil May Care’, ‘Gangsta Lover’ ainsi que ‘Live To Rock’. Un remerciement à Joel d’Airbourne pour les avoir rajoutés à l’affiche, c’était une très bonne idée. Il faut toujours soutenir la scène nationale, surtout quand ça se joue de l’autre côté de la barrière de Rösti. Bonafide et son frontman Pontus Snibbs nous en remettent une couche, l’adrénaline monte. Les petits jeunes du Z7, il faut les booster ce soir, ils sont un peu trop calmes, mais avec ‘Dirt Bound’, ‘Rock’n’Roll Skal’ et ‘Hard Livin’ Man’ et surtout ‘Rebel/Nice Boys (Don’t Play Rock’n’Roll)’, ils se réveillent la moindre. Et en apothéose, Airbourne pour la cinquième fois cette année. Je sais, on est un peu tarés, enfin surtout moi l’Australienne, mais merde, c’est quand même un groupe qui est capable de nous mettre la pâtée à chaque concert, sur un rythme endiablé, avec une ambiance du tonnerre dans un Z7 bondé. Il y avait pire pour débuter la semaine. ‘Ready To Rock’ pour débuter leur set, suivi de ‘Too Much, Too Young, Too Fast’. Que dire de plus, ils nous ont fait un set sans reproche comme d’hab, un set plus que rodé. Ils tournent à travers le globe depuis la sortie de ‘Black Dog Barking’ à un rythme infernal. On sait qu’ils carburent au rock’n roll et à la bière et on espère les revoir bientôt de nouveau dans les parages. Pour clore le set, ‘Live It Up’ et ‘Running Wild’ et ma nuque dans une minerve pour le restant de la semaine. Comme souvent on a eu du brouillard sur le chemin du retour, mais on s’est couchés heureux et cassés. [Suzy]

Commenter cet article

mis en ligne le : 21.04.15 par Mikamika

PREVIEW - SONATA ARCTICA, FREEDOM CALL | Z7, Pratteln - 09.05.15

SONATA ARCTICA, FREEDOM CALL | Z7, Pratteln
Le 9 mai 2015

Portes : 19h00 | Prix : CHF 36.50

Pour célébrer la sortie du réenregistrement de leur premier album ‘Ecliptica’ sorti fin 2014, Tony Kakko et sa bande se lancent dans une tournée spéciale qui verra logiquement l’album sus-cité être joué dans son intégralité. Nous aurons donc droit aux classiques ‘Full Moon’, ‘My Land’ et autres ‘Replica’ qui seront pour l’occasion accompagnés de titres plus rares comme ‘Letter To Dana’, ‘Blank File’ ou ‘Unopened’ voir carrément inédits (du moins à ma connaissance) à l’instar de ‘Picturing The Past’ et ‘Destruction Preventer’. La deuxième partie du set sera consacrée sans nul doute à un best-of des (plus tous jeunes) loups Finlandais. En première partie c’est le happy power metal des Allemands de Freedom Call qui, forts d’un huitième album du nom de ‘Beyond’ sorti également l’an passé, se chargeront de chauffer le Z Sieben.

[PsiloSyn]

http://www.z-7.ch

Commenter cet article

mis en ligne le : 20.04.15 par Mikamika

LIVE REPORT - THE TREATMENT | Château Rouge, Annemasse - 07.02.2015

THE TREATMENT, BLACK RAIN | Château Rouge, Annemasse
07.02.2015

Petit déplacement à Château Rouge, un samedi soir, pour voir The Treatment et Black Rain. Je pensais que si près de Genève, plus de monde aurait fait le déplacement. Eh bien, vous avez tout raté ! Un concert aussi bon que ça et en comité réduit, que du bonheur. Moi qui pensais que les Anglais allaient faire la tête d’affiche, je me suis trompée. En plus, ils nous ont fait un show vraiment rock’n roll avec ‘I Bleed Rock’n’Roll’, ‘The Doctor’, ‘Shake The Mountain’, ‘Drink, Fuck, Fight’ ou encore ‘The Outlaw’, soit un peu plus d’une heure de festivités rock’n roll à l’anglaise. La rythmique, l’énergie, l’ambiance, tout y était. Chaque fois que j’ai vu ce groupe jouer, il donnait tout ce qu’il avait, un peu à la mode Airbourne. Vivement la prochaine fois. La tête d’affiche, Black Rain, m’a surprise, je dois l’admettre. Honte à moi d’avoir médit et d’avoir fait view from the bar pendant une partie de leur set, car je dois dire que j’ai apprécié leur show. Leur reprise de Twisted Sister m’a même attirée dans les premiers rangs et j’ai tout repris en chœur comme tous les autres. Ils ont assuré, les gars, on retournera les voir. [Suzy]

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.04.15 par Mikamika

LIVE REPORT - MESHUGGAH, CAR BOMB | Les Docks, Lausanne - 15.12.2014

MESHUGGAH, CAR BOMB, SEMANTIK PUNK | Les Docks, Lausanne
15.12.2014

Arrivée aux Docks aux alentours de 20h15, juste à temps pour écouter le dernier morceau de Semantik Punk, premier groupe (originaire de Varsovie) de cette soirée. Malgré un backdrop de mauvais goût et une salle loin d'être remplie, le quartette nous abreuve d'un metal progressif et atmosphérique de bonne facture avec un son plutôt bon. Place après au quartette new-yorkais Car Bomb. Leurs compos partent dans tous les sens et on a du mal à y trouver un quelconque fil conducteur, mais les Américains sont enchantés d'envoyer leur sauce et le public le leur rend bien. Enfin, clou de la soirée et non des moindres, les Suédois de Meshuggah viennent fêter leurs vingt-cinq ans de carrière sur scène. Avec les superbes décors signés K. Luminokaya et un light show absolument hallucinant et calé sur les accents des riffs à la double-croche près, le quintette retracera la carrière du groupe en reprenant de vieux titres jamais joués en live et dont certains datent de 1989 ! Ils n'oublieront pas évidemment le traditionnel et emblématique ‘Bleed’ pendant lequel nous aurons même droit à un wall of death dans le pit. Ainsi que des titres plus récents comme ‘Don't Look Down’ et ‘Demiurge’ tirés de leur dernier album en date ‘Koloss’ sorti en mars 2012. Côté zicos, ils sont en forme, on a droit à un Thomas Haake tout en puissance derrière un kit épuré en matière de fûts, et un Jens Kidman toujours aussi peu loquace entre les titres mais cependant ravi d'être à Lausanne pour la première fois et qui porte un beau T-shirt Led Zeppelin. Presque une heure et quarante-cinq minutes de pure folie aux Docks ce lundi soir, un son excellent, un public hétéroclite de très bonne humeur et les chevelus de Meshuggah sont toujours autant au sommet de leur art, joyeux quart de siècle, les gars. [Sam]

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.04.15 par Mikamika

LIVE REPORT - MACHINE HEAD | Les Docks, Lausanne - 20.11.2014

MACHINE HEAD, DIABLO BLVD, DARKEST HOUR | Les Docks, Lausanne
20.11.2014

Quand j’ai appris que Machine Head faisait un détour par les Docks de Lausanne, je fus pris de spasmes incontrôlables qui me firent sauter de joie sur place. Les ayant vus de loin au Hellfest il y a de cela trois ans, je ne pouvais décemment pas laisser passer cette nouvelle opportunité de ressentir toute la puissance des riffs de Mr. Rob Flynn. Et je ne fus pas déçu ! L’ambiance fébrile de la salle annonçant de futurs moshpits qui allaient laisser des hématomes gros comme les muscles de Schwarzenegger se faisait palpable. Étant arrivé un peu en retard pour voir Darkest Hour, le groupe suivant, Diablo Blvd, groupe belge, nous délivre un son rock accrocheur, empreint d’influences Guns N’Roses (ce qui n’est pas pour déplaire à votre humble serviteur). Après un set de quarante-cinq minutes bien ficelé, une pause s’impose, le temps que les techniciens installent la scène de la tête d’affiche. Direction le bar, commande de bières (faut pas déconner non plus, on reste humain), et on flâne au niveau du merch. Comme d’hab, c’est joli, mais c’est cher (jolie touche, une Epiphone Rob Flynn signature posée sur la table. Pas à vendre… dommage). La lumière s’éteint, l’intro, ‘Diary Of A Madman’ d’Ozzy Osbourne, nous démontre que le Sieur Flynn rend hommage à ses idoles. Et là, c’est l’extase. ‘Imperium’, ‘Beautiful Morning’, le nouveau morceau ‘Now We Die’ de leur dernier opus, ‘Locust’… bref, ça s’enchaîne, ça crache sévère (tout comme Rob, qui à mon avis devrait éviter le sirop expectorant avant de monter sur scène… Pire qu’un chameau… Surprenant qu’un des membres ne glisse pas dessus), le son est parfait, la foule est en délire. Personnellement, pour savoir si un concert est bon, je me fie à mes instincts primaires. Le fait que je débute le concert en arrière de la foule, et qu’en moins de vingt secondes je me retrouve déchaîné devant la scène, juste derrière la barrière, démontre bien que je ne réponds plus de mes gestes. Mention spéciale à ‘Darkness Within’, morceau fabuleux, et au final extraordinaire avec des morceaux classiques du groupe, ‘Davidian’, ‘Aesthetics Of Hate’ (en hommage, comme d’habitude, à Dimebag Darrell), ‘Old’ et ‘Halo’. À la fin du concert, mes bras me font mal, je dois avoir trois côtes déplacées ou fissurées, je dégouline… Bref, ce fut un concert unique et absolument mémorable ! [Silastar]

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.04.15 par Mikamika

LIVE REPORT - CROWBAR, IRON WALRUS, HEROD | RKC, Vevey - 20.02.2015

CROWBAR, IRON WALRUS, HEROD | RKC, Vevey
20.02.2015

Loud as fuck ! Voilà ce qu’était cette soirée au RKC. En bonus, les battles pour participer au Wacken se disputaient en début de soirée : AM:PM affrontait Conjonctive, et c’est AM:PM qui est sorti vainqueur grâce à un set plus carré, même si, à mon sens, Conjonctive est bien plus massif et intéressant… Mais on est venu pour du lourd ce soir ! L’entame se fait avec Herod, la nouvelle sensation romande et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec ce groupe, on touche direct aux fonds abyssaux des enfers (oui, tous). Une lourdeur abyssale donc, mélangée à des riffs apocalyptiques et énervés, j’ai pensé à The Dillinger Escape Plan par moment, en train de se faire sodomiser par Satan en personne. La voix est également un must des ténèbres impénétrables et sauvages ! Ne les ratez pas sur scène. La suite de la soirée est assurée par Iron Walrus, qui m’était totalement inconnu, avec un heavy lourd, monolithique dans les riffs, mais répétitif à souhait. De temps à autre se dégage une bonne idée, mais rien de folichon non plus ! C’est alors que Crowbar prend la scène et atomise le RKC et Vevey au passage. Le son est puissant et les grattes sonnent comme un rideau de lourdeur infranchissable. Kirk est dans une forme olympique et délivre les nouveaux titres comme les anciens à la perfection. Cette voix est vraiment unique et d’une puissance phénoménale, même après vingt-six ans de carrière ! Tous les albums y passent, avec une mention spéciale pour des titres tels que ‘Walk With Knowledge Wisely’, ‘Simetry In White’ et ‘Liquid Sky And Cold Black Earth’ des deux derniers opus qui délivrent leur sludge / doom ultra heavy avec une énergie démentielle ! Un des concerts de l’année dans le genre ! [Lambicrowbarherodbiel]

Commenter cet article

mis en ligne le : 16.04.15 par Mikamika

PREVIEW - ARCH ENEMY, UNEARTH | Les Docks, Lausanne - 14.0515

ARCH ENEMY, UNEARTH, DRONE | Les Docks, Lausanne
Le 14 mai 2015

Portes : 19H00 | Prix : CHF 25.00 / 30.00

Arch Enemy et les nombreuses chanteuses qui ont suivi le mouvement
doivent énormément à la première, et ultra charismatique chanteuse
Angela Gossow (qui se souvient de Johan Liiva ?). Des titres phare comme
"My Apocalypse", "Ravenous", "Nemesis" ou "We Will Rise" ont porté ce
groupe au panthéon des formations de death metal mélodique. L'heure est enfin venue pour moi de voir ce groupe mythique en live, et de juger personnellement des talents de la nouvelle chanteuse, Alissa White-Gluz, que certaines mauvaises langues trouvent plus à sa place devant un objectif que derrière un micro. Quoi qu'il en soit, la soirée sera sans doute intéressante, car bien qu’éclipsés par la présence féminine sus-citée, le hardcore ultra cliché mais terriblement efficace de Unearth ravira les fans du genre. Quand au metal de Drone (qui n'en est clairement pas), il s'avère agréablement insaisissable, tantôt groovy, tantôt thrashy, cadencé façon core, voire même en slow tempo à la voix claire. Tout un programme !

[X-Gore]

http://www.archenemy.net/
http://unearth.tv/
http://www.droneband.de

Commenter cet article

mis en ligne le : 07.04.15 par Mikamika

PREVIEW - WAVE GOTIK TREFFEN | Leipzig, Allemagne - du 22 au 25.0515

WAVE GOTIK TREFFEN | Leipzig, Allemagne
Du 22 au 25 mai 2015

Prix : 99€ pass 4 jours

Le printemps dévoile ses atours, les oiseaux gazouillent, les rayons de soleil se font moins timides, on commence à apprécier des températures plus douces et on sent doucement monter la fièvre des festivals. Cependant, il en est un tout particulièrement qui se fait désirer au moment même où se termine ce printemps. Un festival qui fait l'unanimité autant par sa programmation hétéroclite que par son atmosphère unique : je veux parler, bien entendu, du Wave Gotik Treffen. Cet événement hors du commun qui transforme la ville de Leipzig en une agréable concentration gothique depuis plus de vingt ans est tout simplement un passage obligé pour une année réussie. Enfin, ça, ce n'est que l'idée de base, car le WGT représente bien plus ! Ce festival, mondialement connu, réunit une multitude de scènes musicales sous la même bannière : gothique, electro, ambient, folk, médiéval, rock, indus, metal et bien d'autres se partagent une affiche on ne peut plus éclectique pour quatre jours de concerts cosmopolites. Lors de ce week-end de mai, Leipzig se voit envahie de toutes parts ; plus d'une cinquantaine de clubs, cafés, théâtres, halls de foires... éparpillés dans toute la ville qui accueillent des artistes de renommée comme des nouveaux talents, venus du monde entier. Mais ça, les habitués, ils le savent ! Ils ont depuis des semaines déjà, réservé leur hôtel ou leur pension (pour ceux qui ne choisiront pas le charme du camping officiel, accessible à l'achat d'un ticket supplémentaire coûtant vingt-cinq euros) et une question reste sur toutes ces lèvres : que nous réserve la programmation du vingt-quatrième Wave Gotik Treffen ?

Malheureusement, tous les noms ne sont pas encore connus et pour éviter toute éventuelle déception, les organisateurs du WGT n'annoncent que les groupes qui ont déjà signé leur contrat en vue de leur performance le 22, 23, 24 ou 25 mai. La clientèle fidèle aura d'ailleurs, à ce propos, remarqué qu'un réel effort aura été fourni pour présenter un nouveau site internet, plus lisible et agréable à visiter. Oui, je n'ai toujours pas annoncé un seul groupe… C'est pour vous faire languir… Vous avez déjà attendu quelques mois, ça ne peut pas faire de tort, quelques lignes en plus, non ? Alors… on remarquera quelques grands noms d’ores et déjà présents à l'affiche, comme Accessory, Antimatter, Clan Of Xymox, Deine Lakaien, Eisbrecher, Eisregen, Fields Of The Nephilim (qui fêteront là-bas leur trentième anniversaire), Grendel, L'Âme Immortelle, Mono Inc ., Nachtmahr, Qntal, Samsas Traum, Soko Friedhof, Skyforger, Sólstafir… mais également plein d'autres groupes sympas comme .com/kill, Ashes You Leave, Asynje, Blood And Sun, Centhron, Empathy Test, Escape With Romeo, Evi Vine, Heldmaschine, Hezzel, Jo Quail, Keluar, King Dude, Klutae, Koffin Kats, Last Dominion Lost, Lights Of Euphoria, Majdanek Waltz, Minuit Machine, Morthound, Orphx, Polaroid Kiss, Rabbit At War, Rezurex, Seasurfer, Snog, Sol Invictus (qui jouera son album 'In The Rain'), Soror Dolorosa, Stoneman, Substaat, Sweet Ermengarde, Terrorfrequenz, The Exploding Boy, The Present Moment, Twisted Nerve, Unterschicht, Unto Ashes, … Bref, il y en a, de nouveau, pour tous les goûts et toutes les couleurs ; mais d'autres surprises sont certainement encore à venir puisque les organisateurs annoncent grosso modo deux cents groupes alors que 'seulement' quatre-vingt-quatre d'entre eux sont déjà officiellement sur le programme.

Quoi qu'il en soit, le Wave Gotik Treffen, c'est surtout une occasion de découvrir une pelleté de formations qui nous sont inconnues, faire des découvertes, oser tenter d'autres styles musicaux avec parfois quelques belles surprises à la clef. Le tout est sans risque puisque le pass pour les quatre jours (toujours au prix de nonante-neuf euros) vous permet d'aller et venir dans n'importe quelle location affiliée au festival sans aucun autre frais. Toutefois, votre meilleur ami pour appréhender ce festival de la manière la plus efficace possible est de s'organiser un petit planning des groupes à voir absolument. Car si les transports en commun sont gratuits pour les festivaliers pendant toute la durée de l’événement, les distances à parcourir entre les différents clubs sont non négligeables et les délais entre deux concerts intéressants parfois fort peu avenants. Ce sont les seuls aléas dont vous aurez à souffrir lors de ce long week-end ; organisation parfois millimétrée et une logistique souvent éreintante. C'est le prix à payer pour profiter des innombrables plaisirs qu'offre le WGT. Tiens, d'ailleurs, la musique c'est peut-être la principale attraction dont il est ici question, mais ce n'est certes pas l'unique réjouissance proposée. Comme chaque année, nous aurons droit à des films, des musées, des lectures, des rendez-vous sympas au pique-nique victorien, au village médiéval… Bref, une véritable épopée à travers les différentes cultures, les différentes époques dans la joie et la bonne humeur. Et pour ceux qui auraient encore une appréhension quant au regard des habitants de Leipzig face aux divers styles vestimentaires, qu'ils se rassurent, le WGT est devenu pour beaucoup d'habitants une occasion d'observer de nouveaux costumes, de nouvelles tendances excentriques. Cela fait partie du folklore, sans préjugés. Certains même viennent aux abords des grands lieux de rassemblement afin de pouvoir prendre quelques clichés ou juste apprécier ce défilé de mode exceptionnel. Parfois cet engouement devient tellement important que certains événements doivent être modifiés pour laisser plus de place à tout un chacun. C'est le cas du pique-nique victorien qui se verra transformé en village victorien de Viona (Viona's Victorian Village) dont l'emplacement doit encore être confirmé. Cette mesure a été prise dû au nombre toujours croissant de curieux venant admirer cette atmosphère particulière mais surtout pour que les participants puissent jouir d'un moment paisible dans un lieu plus grand, toujours en plein air avec quelques infrastructures utiles comme toilettes, vestiaire… Une note importante pour tous ceux qui voudraient s'y rendre pour prendre quelques photos, cet événement est complètement gratuit, même pour ceux qui n'auront pas de pass WGT.

Toujours en évolution, ce festival met un point d'honneur à satisfaire ses visiteurs tout en proposant ce qui fait depuis plus de vingt ans son succès ; de la bonne musique de tous horizons, une multitude de joyeusetés ainsi qu'une ambiance exclusive. Il ne vous reste plus qu'à bloquer les dates, vous procurer votre ticket et surtout, vous préparer à faire la fête avec les vingt mille autres festivaliers attendus pour cette vingt-quatrième édition du Wave Gotik Treffen.

[Arnaud]

www.wave-gotik-treffen.de

Commenter cet article

mis en ligne le : 07.04.15 par Mikamika

- 1 - 2 - 3 - Fin

TRANSIT MAGAZINE
Design & Webmonstering by Pat.O
Contact: info@transitmag.ch